BFM Business

Amazon renonce à son projet de siège à New York

Graffiti anti-Amazon dans le quartier de Long Island City où le groupe devait implanter son nouveau siège.

Graffiti anti-Amazon dans le quartier de Long Island City où le groupe devait implanter son nouveau siège. - SPENCER PLATT / AFP

Amazon, devant les critiques politiques, renonce à son nouveau siège new-yorkais qui devait accueillir 25 000 salariés.

Le géant américain de la vente en ligne Amazon a annoncé qu'il renonçait à implanter un nouveau siège à New York, avec 25 000 emplois à la clé, devant les critiques de personnalités politiques new-yorkaises, hostiles au projet. "Après beaucoup de réflexion et délibérations, nous avons décidé de ne pas aller de l'avant avec nos plans de construire un nouveau siège" à New York, a annoncé Amazon sur son blog d'entreprise. "Un certain nombre de personnalités politiques locales ont dit clairement qu'ils s'opposaient à notre présence et ne travailleraient pas avec nous pour établir le genre de relations dont nous avons besoin pour concrétiser le projet".
Amazon, dont le siège principal est à Seattle, avait annoncé en novembre qu'elle allait construire deux nouveaux sièges, l'un à New York, dans le quartier du Queens, et l'autre dans la banlieue de la capitale Washington.

Trop d'avantages fiscaux et saturation du quartier

Mais depuis, de nombreuses personnalités démocrates new-yorkaises avaient critiqué le projet, depuis les avantages fiscaux promis à l'entreprise à la saturation du métro desservant le quartier concerné, en passant par l'absence de concertation publique lors des négociations avec le maire et le gouverneur de New York qui avaient débouché sur l'annonce de novembre.
Amazon a précisé qu'elle ne se relançait pas "à ce stade" dans la recherche d'un autre site pour remplacer l'implantation new-yorkaise, mais qu'elle poursuivait son projet dans la banlieue de Washington, qui compte aussi 25.000 emplois à la clé, et celui, plus limité, de Nashville, dans le Tennessee, avec 5.000 emplois prévus.
L'annonce du retrait d'Amazon risque d'être mal vécu par une partie des New-Yorkais, qui selon les sondages étaient majoritairement favorables à l'implantation du géant de Seattle, comme par le gouverneur Andrew Cuomo, principal artisan du projet. Vendredi, le gouverneur démocrate avait tiré la sonnette d'alarme en accusant les critiques d'Amazon de jouer "dangereusement" avec le feu, après que le Washington Post eut cité anonymement des responsables d'Amazon qui indiquaient que le projet pourrait être abandonné.

La rédaction avec AFP