BFM Business

Les entreprises françaises de plus en plus victimes de la cybercriminalité

Les entreprises françaises sont la cible de cyberattaques.

Les entreprises françaises sont la cible de cyberattaques. - Davide Restivo - Flickr - CC

Le taux d'entreprises se déclarant victimes de cybercriminalité a presque doublé en l'espace de deux ans, selon une étude de PwC publiée ce 7 mars. Face à ce risque de plus en plus présent, les sociétés tricolores sont encore bien peu armées.

Ce sont des chiffres qui ont de quoi inquiéter. Le taux de fraude en entreprise en France a plus que doublé en sept ans. Il était de 29% en 2009, 55% en 2014 et 68% en 2016. Pourtant, au niveau mondial, il a très légèrement baissé puisqu'il est passé de 37% en 2014 à 36% en 2016, selon les chiffres de PwC publiés dans sa 8ème édition de l'étude "Global Economic Crime Survey 2016".

Le cabinet d'audit note 5 grands types de fraude: le détournement d'actifs, la cybercriminalité, la fraude aux achats, la fraude comptable, la corruption et la fraude aux ressources humaines. Comme en 2014, c'est le détournement d'actifs qui est la principale menace, même si ce type de fraude recule (56% en 2016 contre 61% en 2014).

Mais elle est talonnée de près par la cybercriminalité qui a explosé ces dernières années. Le taux est passé de 28% en 2014 à 53% en 2016. Par ailleurs, 85% des entreprises ont perçu une augmentation significative de ce risque au cours des deux dernières années, contre 48% en 2014. Pour Jean-Louis Di Giovanni, associé PwC du département Litiges et Investigations, cela s'explique facilement. "L’explosion du Big Data quels que soient les domaines, alliée à la digitalisation de l’activité économique et la multiplicité des supports numériques augmentent l’exposition des entreprises au risque de cyberattaque, d’où une plus grande prise en compte de ce risque par les dirigeants".

Doublement des fraudes pour les petites entreprises

Mais si les entreprises françaises sont conscientes de ce risque, elles n'agissent pas forcément de manière adéquate. "Plus de la moitié des entreprises françaises n’ont pas encore de plan d’action 100% opérationnel pour répondre à une cyberattaque. Ce constat s’explique en raison d’une part, d’une moindre implication des cadres dirigeants français sur le sujet contrairement à ce qui se passe au niveau européen ou mondial et d’autre part, des difficultés des entreprises françaises à trouver des ressources compétentes sur le sujet", déplore Jean-Louis Di Giovanni.

L'autre type de fraude qui a également énormément augmenté ces dernières années est la délinquance astucieuse, dans laquelle nous trouvons la fraude au Président. Elle est passée de 10% en 2014 à 18% en 2016.

Si cette progression constante de la fraude en France concerne les entreprises de toute taille, PwC remarque en 2016 un doublement des fraudes identifiées au sein des entreprises de plus petite taille, comptant moins de 100 salariés. En France, plus de 2 entreprises de moins de 100 employés sur 5 (43%) déclarent être victimes de fraudes, soit deux fois plus qu’au niveau mondial et qu’en Europe de l’Ouest.

-
- © -
D. L.