BFM Business

Vacances: apprenez à vous déconnecter

Pour profiter de ses vacances, il faut prendre de la distance avec les soucis du bureau.

Pour profiter de ses vacances, il faut prendre de la distance avec les soucis du bureau. - -

Smartphone, tablette, ordinateur portable font de plus en plus souvent partie des bagages. Difficile dans ce cas de bien profiter de ses vacances pour être totalement déconnecté de son travail. Suivez les conseils d’un spécialiste du management.

En cette mi-juillet, c’est l’heure des vacances pour bon nombre d'entre vous, ou elles ne vont pas tarder. Or, au moment de préparer sa valise, les smartphones et tablettes viennent souvent rejoindre maillot de bain et lunettes de soleil. La tentation est alors grande de les utiliser pour savoir ce qui se passe au bureau.

Pourtant, selon un baromètre Opinionway pour Lastminute, les 2/3 des Français rêvent de passer des vacances déconnectées, afin de prendre de la distance avec leur travail. Pourtant, peu nombreux sont ceux qui arrivent réellement à le faire car ils se sentent frustrés de ne plus être abreuvés d’informations ou inquiets de ce qui peut se passer dans leur entreprise.

S'astreindre à des plages de connexion

Pour parvenir à surmonter cette dépendance à l’information, il faut respecter quelques règles très simples.

"Il faut d’abord organiser des périodes de connexion sur le lieu de vacances. C’est se dire que, je vais me connecter deux fois par jour, de 8h à 8h30 et de 18h à 18 h30 par exemple et se dire qu’entre les deux je ne me connecte plus. Mon stress de ne pas avoir mes emails et un peu atténué car je sais que je les verrai quand même", explique Xavier Tedeschi, spécialiste du management, directeur de Latitude RH, qui reconnaît lui-même mettre cette astuce en application.

Il faut aussi prendre de la distance et se dire que ce n’est pas grave d’aller à la plage sans son smartphone.

"Ces deux petites choses-là font que l’on commence à prendre de la distance avec l’outil. Et par exemple quand on voit qu'entre la période de 8h30 et celle de 18h30, et bien il ne s’est rien passé de grave pour son job, pour son service, pour ses clients, cela rassure et petit à petit on prend le rythme-là", poursuit Xavier Tedeschi.

Et selon son expérience, certains managers, une fois de retour à leur bureau, continuent d’appliquer ces plages de déconnexion. Pour le plus grand bien de leur productivité.

|||sondage|||2061

BFMbusiness.com