BFM Business

Une formation gratuite pour tous les chômeurs en mars

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé 20 mesures pour aider les chômeurs de longue durée à retrouver le chemin de l'emploi.

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé 20 mesures pour aider les chômeurs de longue durée à retrouver le chemin de l'emploi. - FRED DUFOUR-AFP

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé ce lundi 9 février que tous les chômeurs auraient droit à une "formation qualifiante gratuite" dès mars, mais aussi à des aides au logement et à la garderie.

Le ministre du Travail prend des mesures contre le chômage de longue durée. Dès mars, tous les chômeurs éligible au compte personnel de formation, et qui ont un projet de formation, auront droit à une "formation qualifiante gratuite", a annoncé lundi François Rebsamen.

Ces formations seront financées par les droits individuels à la formation (DIF) déjà acquis par le demandeur d'emploi, par le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels à hauteur de 220 millions d'euros, ainsi que par Pôle emploi et les conseils régionaux, a-t-il détaillé.

Une garantie de loyer et la garde d'enfant facilitée

Le ministre, qui présentait ce lundi son plan contre le chômage de longue durée a estimé que cette mesure représentait un "effort sans précédent". Elle l'une des 20 initiatives qu'il a présenté pour réinsérer ceux qui sont sans emploi depuis plus d'un an. Sont également prévues des garanties de loyer et des places en crèche pour les demandeurs d'emploi.

Le gouvernement compte lever les freins sociaux à la recherche d'emploi. Premier frein: le logement. La garantie de loyer sera ouverte "aux demandeurs d'emploi entrant dans un emploi", "hors CDI confirmé", a annoncé le ministre du Travail. Cette mesure est financée par les contributions employeurs collectées par l'organisme paritaire Action logement.

Le gouvernement souhaite aussi faciliter la garde d'enfant. Objectif: permettre aux demandeurs d'emploi de "faire garder (leurs) enfants le temps d'un entretien d'embauche, d'une visite dans une agence Pôle emploi, d'une formation, voire de sa période d'essai". Des discussions vont s'engager entre le gouvernement, Pôle emploi, la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) et les entreprises de crèches pour "élaborer dans les six mois des solutions concrètes".

Plus d'accompagnements intensifs à Pôle emploi

Troisième axe du plan: accompagner les demandeurs d'emploi de très longue durée dans leur reprise d'emploi, pour rassurer les employeurs. François Rebsamen a annoncé un nouveau "suivi dans l'emploi", pour prolonger l'accompagnement de Pôle emploi ou des missions locales jusqu'à la fin de la période d'essai. Il compte également s'appuyer sur les "périodes de mise en situation en milieu professionnel", adoptées en mars 2014, pour confronter les chômeurs aux réalités de l'entreprise.

Enfin, en termes d'accompagnement, le ministre a confirmé que Pôle emploi doublerait le nombre de chômeurs en accompagnement intensif (modalités de suivi adaptées aux personnes les plus éloignées de l'emploi), de 230.000 à 460.000 d'ici à 2017.

Fin 2014 en métropole, petite activité comprise, plus de 2,2 millions de chômeurs pointaient à Pôle emploi depuis au moins un an, soit 43% de l'ensemble des inscrits.

"Le risque qu'il faut combattre, c'est le risque d'une exclusion durable difficilement réversible, même en cas de retour de la croissance", a alerté François Rebsamen en présentant son plan.

N.G. avec AFP