BFM Business

Total prévoit de supprimer 210 emplois à Carling

L'arrêt du vapocraqueur de Carling (Moselle) va entraîner 210 suppressions d'emplois.

L'arrêt du vapocraqueur de Carling (Moselle) va entraîner 210 suppressions d'emplois. - -

Malgré l'annonce d'investissements dans de nouvelles activités, la fermeture d'une unité entraînera 210 suppressions de postes sur le site de Carling (Moselle), a annoncé la CFDT ce mercredi 4 septembre.

Le verdict est tombé. Total va arrêter le vapocraqueur de son site pétrochimique de Carling (Moselle). Une décision qui va entraîner 210 suppressions de postes, sur les 350 que compte cette unité de production, a annoncé la CFDT mercredi 4 septembre à l'issue d'un comité central. L'arrêt du vapocraqueur est prévu pour le deuxième semestre 2015.

De son côté, Total a confirmé l'information, mais a indiqué que cette restructuration s'opèrerait sans licenciement.

Total a également annoncé des investissements qui s'élèveront à 160 millions d'euros pour développer de nouvelles activités, a ajouté le syndicat dans un communiqué. Mais leur nature n'a pas été précisée.

Total se serait engagé à ne procéder à aucun licenciement

Cette unité de production fait les frais de la crise du marché automobile, l’un des principaux clients de Carling. Le vapocraqueur produit de l’éthylène et du propylène, nécessaires pour la production de certaines matières plastiques.

De plus, le coût d’acheminement des produits pétroliers et l’explosion du gaz de schiste aux Etats-Unis, ont réduit sa rentabilité à néant.

Les syndicats estimaient ces derniers jours que la fermeture du dernier vapocraqueur de Carling pouvait entraîner la disparition de 350 emplois sur un site qui en compte 550.

Ils s'attendaient cependant à ce que cette perte d'emplois soit partiellement compensée par des investissements dans l'activité polymères, notamment une augmentation des capacités de production de polystyrène.

Y. D.