BFM Business

Recrutement: pourquoi il faut se mettre les assistantes de direction dans la poche

Un recrutement sur dix est assuré par les assistantes de direction.

Un recrutement sur dix est assuré par les assistantes de direction. - Robyn Beck - AFP

C'est en principe aux chefs d'entreprise ou de service que revient la tâche de recruter un nouveau collaborateur. Mais dans les petites structures, c'est à une personne à laquelle on ne s'attend pas forcément que revient cette mission.

Les responsabilités des assistant(e)s de direction ne se limitent pas à gérer le planning du big boss et à s'occuper de l'administratif. Elles s'étendent parfois à des tâches où on ne les attend pas. Ainsi, un recrutement sur 10 serait assuré par ces assistantes, selon un sondage réalisé par le site de petites annonces Vivastreet. Plus classiquement, c'est dans 31% des cas au chef d'entreprise que revient cette responsabilité et dans 10% des cas au manager du service.

Donc, quand vous venez passer un entretien d'embauche, mieux vaut se montrer sous son meilleur jour avec toutes les personnes que vous allez croiser. Et ce, même si elles n'ont pas le statut officiel de recruteur !

Comme le souligne le site Vivastreet, ce sont surtout dans les TPE et les PME que les assistantes de direction se voient confier les tâches les plus étendues. Faute de disposer d'un vrai service des ressources humaines, c'est à elles que reviennent la responsabilité de recruter les nouveaux collaborateurs. Avec le risque de ne pas avoir une bonne connaissance des problématiques de l’embauche.

Faire confiance à son intuition

Pour éviter les faux-pas aux assistantes de direction, mais aussi aux autres professionnels qui seront amenés à mener des recrutements, Vivastreet donne quelques conseils. Il est par exemple recommandé de convier un autre collaborateur lors des entretiens d'embauche. Ce dernier sera choisi pour sa connaissance des enjeux et des problématiques du service que le futur recruté va rejoindre. Lors de l'entretien, il faut aussi penser à donner envie à la personne de rejoindre l'équipe. Pour cela, il faut évoquer les perspectives de carrière, et les avantages de l'entreprise.

Malgré tout, il faut aussi faire confiance à son intuition, "La communication non-verbale du candidat est une source d’information. Dans le cadre d’un recrutement, l’écouter et se faire confiance peuvent éviter bien des erreurs ", conseille le site.

Ce qui ne doit pas empêcher de mener une petite enquête auprès des anciens employeurs, après accord du candidat, pour savoir ce qu'ont pensé ses précédents managers.

C.C.