BFM Business

Rebsamen veut renforcer les contrôles sur les chômeurs

François Rebsamen apelle à renforcer les contrôles

François Rebsamen apelle à renforcer les contrôles - Bertrand Guay - AFP

Le ministre du Travail a, sur iTélé ce jeudi 2 septembre, appelé Pôle Emploi à vérifier que les chômeurs cherchent bien un emploi. Il estime qu'une sanction est nécessaire dans le cas contraire.

François Rebsamen durcit le ton. "Je demande à Pôle emploi de renforcer les contrôles pour vérifier que les gens cherchent bien un emploi", a déclaré le ministre du Travail sur i-Télé, ce jeudi 2 septembre. "Il faut qu'il y ait, à un moment, une sanction", a-t-il ajouté.

Interrogé sur la difficulté de pourvoir à certains postes, évalués à 350.000, et sur la possibilité de changer les règles d'indemnisation du chômage, François Rebsamen a rappelé qu'être "chômeur au sens du bureau international du travail", c'est rechercher un emploi.

"C'est négatif pour ceux qui recherchent des emplois d'être à côté de personnes qui ne cherchent pas d'emploi, donc je demande à Pôle Emploi de renforcer les contrôles", a-t-il dit.

Cette mission, à la portée de Pôle emploi, selon le ministre, nécessite un "état d'esprit différent, des convocations et des vérifications (...) Sinon on est radié".

Des problèmes "d'adéquation"

"Il n'est pas possible, dans un pays qui est en difficulté, qui veut se redresser, qui porte le travail, d'avoir des gens qui" ne cherchent pas d'emploi, a-t-il ajouté, précisant qu'il y en avait mais que ce n'était "pas la majorité".

François Rebsamen a toutefois nuancé son propos en soulignant les "problèmes de salaires" et "d'adéquation" rencontrés par certains chômeurs auxquels sont censées répondre les "formations prioritaires" mises en place par le gouvernement.

En 2013, environ 100 millions d'euros de fraudes à Pôle emploi avaient été détectées, contre 76 millions d'euros en 2012. Et sur cette somme, l'Etat avait récupéré 41,8 millions d'euros, subissant un préjudice de 58 millions d'euros.

Samedi, le ministre du Travail avait reconnu "un échec" en matière de chômage depuis le début du quinquennat de François Hollande, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité en métropole atteignant le record de 3,424 millions, après neuf mois de hausse consécutive.

J.M. avec AFP