BFM Business

Rachat de Tati: au moins deux offres sérieuses à l'étude

1.700 emplois sont menacés en France si la marque Tati disparaît.

1.700 emplois sont menacés en France si la marque Tati disparaît. - Joël Saget - AFP

Le groupe Eram étudierait au moins deux offres sérieuses pour reprendre la marque Tati et son emblématique magasin du Boulevard Barbès à Paris.

L'enseigne Tati bientôt sauvée? D'après des informations de BFM Paris, Eram, le propriétaire de l'enseigne à bas prix serait en train d'étudier au moins deux offres "sérieuses" pour reprendre Tati, en vente depuis le mois de février. La direction les a évoquées auprès des représentants des salariés il y a quelques jours.

Le nom des potentiels repreneurs n'a toutefois pas été précisé afin de ne pas gêner les tractations. Une source syndicale évoque même le positionnement de quatre acheteurs sérieux qui auraient visité les magasins. La date butoir de dépôt des offres, initialement fixée au 31 mars, a été repoussée, afin de poursuivre les négociations.

Des fonds réinjectés pour tenir jusqu'à l'été

Des fonds auraient par ailleurs été injectés dans la trésorerie pour permettre de tenir jusqu'à l'été, précise une source proche du dossier au ministère du Travail.

Le groupe Eram a décidé de se séparer de la marque Tati en raison de difficultés financières. Malgré des efforts pour moderniser l'image de la marque, Tati a enregistré 54 millions d'euros de pertes l'an dernier. La disparition de l'enseigne et de son mythique magasin du boulevard Barbès pourrait entraîner la disparition de 1.700 emplois en France.

C. B avec Barthélémy Bolo