BFM Business

Qui sont les slasheurs, ces salariés qui cumulent plusieurs emplois?

C'est parmi les moins de 30 ans que l'on trouve le plus de slasheurs.

C'est parmi les moins de 30 ans que l'on trouve le plus de slasheurs. - StockSnap - CC

9% des salariés français cumulent deux emplois, selon une étude pour Horoquartz. C'est parmi les moins de 30 ans qu'ils sont le plus nombreux. Dans les années à venir leur nombre pourrait fortement croître, car ce mode de travail séduit trois salariés sur dix.

Le multi-emplois, aussi appelé "slashing", n'est pas encore très rependu en France. Mais ce mode de travail pourrait voir le nombre de ses adeptes se multiplier, selon une étude réalisée par Opinionway pour Horoquartz (1). Actuellement, seulement 9% des salariés sondés sont concernés par le multi-emploi. Les moins de 30 ans sont les plus nombreux (12%). "Difficile de savoir s’il s’agit d’une situation subie ou volontaire, mais elle peut toutefois sembler logique en début de carrière", soulignent les auteurs. Dans la tranche des 30/39 ans, ils sont 10% et 7% dans les tranches plus âgées.

Le secteur d'activité s'avère déterminant dans la possibilité d'exercer différents emplois en même temps. Le phénomène est très marginal dans l'industrie, la banque/assurances et l'administration, où les slasheurs ne représentent que 5%.

Des salariés qui habitent des villes moyennes

Les secteurs où les contrats de travail à temps partiel ou avec des horaires atypiques sont fréquents, constituent en toute logique un terrain bien plus fertile. C'est ainsi que 13% des salariés de l'éducation et du monde de la santé sont des slasheurs. Dans le BTP, ils sont 11%, tout comme dans le secteur des services aux particuliers et celui du commerce et de l'hôtellerie.

Le lieu de résidence a aussi son importance. Les multi-emplois sont moins nombreux dans les grandes agglomérations de plus de 200.000 habitants (7%), mais leur nombre monte à 11% dans les agglomérations de moins de 10.000 habitants et à 14% dans les villes de 10.000 à 20.000 habitants.

Jongler entre plusieurs emplois est un mode de travail que 29% des salariés français aimeraient adopter. Parmi les salariés à temps partiel, ils sont même 47% à se dire partant, sans doute motivés par la perspective d'avoir des revenus plus confortables. Mais parmi les salariés à temps plein, ils sont 26%, ce qui laisse entrevoir la volonté de varier les activités et les expériences.

Les diplômes font partis des plus attirés

Là encore ce sont les secteurs du commerce et de l'hôtellerie et celui du service aux particuliers où les candidats sont les plus nombreux, avec respectivement 36% et 35% de salariés partants. Les services aux entreprises constituent aussi un vivier important, avec 33% des salariés qui aimeraient avoir deux jobs.

Les jeunes constituent toujours la catégorie la plus attirée, avec 39% des moins de 30 ans, suivi par 30% des 30/39 ans. Les plus de 60 sont les plus réfractaires avec seulement 19% de salariés disposés à cumuler les emplois.

La rupture se trouve dans le niveau de qualification des candidats. A l'heure actuelle, la majorité des slasheurs détient un niveau BEP. Mais à l'avenir, ils pourraient concerner les plus qualifiés puisque 27% des sondés ayant un bac +3 et 24% des détenteurs d'un diplôme d'une école d'ingénieur ou de commerce sont partants.

(1) Etude réalisée par OpinionWay sur un échantillon de 2253 salariés, travaillant dans une entreprise privée ou publique. Cet échantillon a été extrait d’un échantillon représentatif de salariés français.

Coralie Cathelinais