BFM Business

Pôle Emploi: 200 contrôleurs à l'affût des fraudeurs dès septembre

Pôle emploi pense être fin prêt début septembre pour sa nouvelle mission

Pôle emploi pense être fin prêt début septembre pour sa nouvelle mission - Philippe Huguen - AFP

L'agence finalise le recrutement de ces salariés dont le nombre sera suffisant pour contrôler environ 180.000 demandeurs d'emploi, rapportent les Echos ce lundi. Le but: être opérationnel pour septembre.

Pôle Emploi se renforce pour faire face à sa nouvelle mission. Depuis le 1er août dernier, le contrôle de la recherche d'emploi des chômeurs a été généralisé à l'ensemble de l'Hexagone après une expérimentation menée dans trois régions (Franche-Comté, Poitou-Charentes, Provence-Alpes Côte d'Azur).

Reste que cette mesure est, pour le moment somme toute théorique, comme l'expliquent Les Echos ce lundi 24 août. Car Pôle Emploi ne sera totalement opérationnel que "fin septembre", selon une source de l'agence citée par le quotidien économique.

180.000 personnes contrôlées

Il s'agit notamment de recruter en interne les 200 postes ouverts pour être dédiés au contrôle des demandeurs d'emploi. Comme le rappellent Les Echos cette mission de contrôle incombait jusqu'à présent aux conseillers qui pouvaient toutefois difficilement concilier cette fonction avec leur mission d'accompagnement.

D'où l'idée de créer 200 postes, un effectif suffisant pour réaliser des contrôles concomitants sur 180.000 inscrits à Pôle Emploi, dont un tiers seront ciblés de façon aléatoire.

A l'heure actuelle, "les fiches de postes ont commencé à être diffusées sur l'intranet", indiquent les Echos qui précisent néanmoins, citant une source interne, qu'"une fois recrutés les contrôleurs seront opérationnels". Il s’agira en grande partie d'anciens conseillers déjà au fait des tâches incombant à cette mission de contrôle.

Pour rappel, la procédure de contrôle débutera par l'examen du dossier du demandeur d'emploi. Si l'équipe de contrôle a la moindre suspicion elle devra interroger par un questionnaire puis par téléphone, la personne en question pour éventuellement la rencontrer. Ce n'est qu'ensuite que le contrôleur pourra, s'il le juge pertinent, proposer une radiation, temporaire (allant de 15 jours à six mois) ou définitive.

A ce sujet, le directeur général de Pôle Emploi, Jean Bassères, cité par les Echos, assure qu'"il n'y aura pas d'objectifs de radiations". Selon Pôle Emploi, il y a déjà aujourd'hui environ 1.000 radiations par mois pour défaut de recherche d'un travail. Le premier bilan du dispositif est prévu pour le printemps 2016.

J.M.