BFM Business

Pavageau (FO) veut proposer un "agenda social" au futur patron du Medef

Pascal Pavageau était l'invité de BFM Business.

Pascal Pavageau était l'invité de BFM Business. - BFM Business

Invité de BFM Business, le nouveau secrétaire général de Force ouvrière a fait part de ses intentions, une fois que le futur président du Medef sera élu.

Pascal Pavageau, secrétaire général de FO, demandera à rencontrer "très rapidement" le futur président du Medef, a-t-il indiqué ce lundi sur BFM Business. 

L'assemblée générale de l'organisation patronale élira en effet le successeur de Pierre Gattaz le 3 juillet. En attendant, le conseil exécutif de l'organisation patronale se réunit ce lundi pour choisir son candidat préféré entre Alexandre Saubot, Geoffroy Roux de Bézieux, Patrick Martin et Olivier Klotz.

Quand l'un des quatre aura été élu, "je lui ferai la demande de le rencontrer très rapidement", a déclaré Pascal Pavageau. "La première des choses que nous allons lui demander, dès qu'il sera élu, c'est l'agenda social", en vue d'entamer "dès le mois de septembre" des "négociations interprofessionnelles" avec "l'ensemble des organisations syndicales et patronales", a-t-il poursuivi. 

Il compte également aborder des sujets comme le "télétravail", la "santé au travail" ou encore le "retour à l'emploi des travailleurs handicapés".

L'unité syndicale espérée

Le nouveau numéro un de Force ouvrière espère faire l'unité syndicale autour de cette proposition, à travers "un courrier commun des cinq confédérations" (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC). "C'est le sens de mes échanges avec les autres secrétaires généraux et présidents des confédérations", a-t-il ajouté.

"Je pense que les interlocuteurs sociaux doivent retrouver la table de la négociation interprofessionnelle au niveau national sans attendre quoi que ce soit de la part du gouvernement", a insisté le dirigeant.

Sur ce sujet, Pascal Pavageau et son homologue de la CFDT, Laurent Berger, sont sur la même longueur d'onde. Ce dernier a lui aussi annoncé, lors du congrès de son syndicat la semaine dernière, qu'il allait proposer cet été au patronat de construire "un agenda social autonome" de celui imposé par l'exécutif.

Y.D. avec AFP