BFM Business

Michel Sapin : " pénaliser les entreprises qui utilisent trop de CDD"

Michel Sapin veut réduire le nombre de CDD

Michel Sapin veut réduire le nombre de CDD - -

Invité de BFMTV/RMC, le ministre du Travail s'est déclaré favorable à des mesures pénalisant les entreprises recourant de manière excessive aux contrats à durée déterminée. Il a aussi proposé de développer le chômage partiel.

Alors que les partenaires sociaux entament, ce vendredi 14 septembre, les négociations sur l'amélioration du marché du travail, Michel Sapin a estimé sur BFMTV/RMC qu'il fallait "pénaliser les entreprises qui emploient trop de salariés en CDD".

>> Voir la vidéo.

Selon le ministre du Travail, cette pénalisation pourrait prendre la forme d'une modulation des cotisations chômage à la charge des entreprises : les cotisations sur les CDI seraient allégées quand celles sur les CDD seraient alourdies afin de rendre ce type de contrat moins intéressant pour les employeurs.

En revanche, Michel Sapin ne s'est pas déclaré favorable à l'instauration d'un contrat de travail unique réclamé par certains. Trop compliqué à mettre en place selon lui.

Il espère que les partenaires sociaux iront dans son sens durant les actuelles négociations qui doivent s'achever avant la fin de l'année. Mais accord ou pas, une loi devra être votée en tout état de cause afin de modifier le Code du travail.

Recourir au chômage partiel

Michel Sapin estime que cette pénalisation des entreprises est tout à fait normale dès lors que celles-ci vont obtenir davantage de moyens pour s'adapter en cas difficultés économiques.

Pour le ministre, le recours au chômage partiel, financé en partie par l'Etat, va ainsi être facilité. L'Allemagne qui recourt depuis longtemps à ce mécanisme connaît un chômage moins élevé, a-t-il rappelé. De même, les entreprises pourront mettre leurs salariés en formation "durant les trous dans le carnet de commande".

Interrogé par ailleurs sur la possible hausse de la CSG en début d'année 2013, il a rappelé que celle-ci ne doit pas servir à boucher un quelconque trou mais peut être utilisée pour alléger le coût du travail en faisant porter le financement de la protection sociale sur l'ensemble des revenus.

Enfin, Michel Sapin s'est déclaré favorable à ce que les retraités aisés paient davantage de cotisations qu'actuellement, comme le suggérait, hier, la Cour des comptes.

Patrick Coquidé