BFM Business

Même très diplômés, les jeunes peinent à trouver un emploi

Le taux d'emploi est en recul par rapport aux années précédentes.

Le taux d'emploi est en recul par rapport aux années précédentes. - Boris Horvat - AFP

Un an après leur sortie d'étude, 37% des jeunes à Bac +5 étaient toujours sans emploi, selon l'enquête annuelle de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) publiée le 30 septembre.

Le diplôme n'ouvre pas facilement les portes. Voilà le constat de l'enquête annuelle de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) publiée le 30 septembre. Les jeunes les plus diplômés peinent, eux aussi, à s'insérer sur le marché du travail: au printemps dernier, un tiers de la promotion 2013 n'avait toujours pas décroché de premier emploi.

Moins d'un an après leur sortie de l'enseignement supérieur, 37% des diplômés 2013 de niveau Bac +5 et plus étaient toujours sans emploi, 29% n'avaient pas encore signé le moindre contrat. Les 63% restant étaient en emploi, un niveau stable par rapport aux diplômés 2012.

Ce taux d'emploi, en fort recul par rapport aux promotions 2010 (72%) et 2011 (70%), est proche du plus bas niveau (60%) enregistré au début de la crise par les diplômés 2009. "Ce taux d'emploi n'est pas bon, certes, mais il reste très supérieur à celui des autres jeunes", nuance le directeur général de l'Apec, Jean-Marie Marx, pour qui "le diplôme reste un passeport pour l'emploi". Il attribue ce mauvais résultat à "la situation économique", rappelant que "les jeunes diplômés en 2013 sont arrivés sur le marché du travail fin 2013 et début 2014 dans un contexte de croissance quasi-nulle".

Baisse des recrutements dans la fonction publique

L'étude de l'Apec relève tout de même un motif de satisfaction: parmi les jeunes diplômés en emploi, la part de CDI atteint 59%, son plus haut niveau depuis 2008. En 2009, cette proportion était descendue à 46%. Cette tendance est une "conséquence de la baisse des recrutements dans la fonction publique", qui a beaucoup recours aux contrats temporaires, explique l'Apec.

La part de jeunes diplômés en emploi dans le public est en baisse constante depuis cinq ans: elle a chuté de 26% à 18% entre 2009 et 2013. L'Apec note toutefois des différences notables entre les différents types de diplômes. Par exemple, les jeunes diplômés d'écoles d'ingénieur (76%) et d'écoles de commerce (71%) décrochent nettement plus de CDI que les jeunes titulaires de masters (47%) ou de doctorats (43%). Encore une fois, "une grande partie de cette différence peut être expliquée par la part de l'emploi public pour les diplômés de l'Université", selon l'Apec.

On observe les mêmes disparités en termes de taux d'emploi: 69% pour les jeunes ingénieurs et commerciaux, 58% et 56% pour les titulaires de masters universitaires et de doctorats. Pour les docteurs, ce taux a fortement baissé (-6 pts) par rapport à la promotion 2012, à cause de la "baisse des moyens" dans la recherche publique. Enquête réalisée par téléphone du 1er au 30 avril auprès de 4.578 jeunes, représentatifs des diplômés de niveau Bac+5 et plus sortis de l'enseignement supérieur en 2013.

D. L. avec AFP