BFM Business

Loi Travail: ambiance tendue pour cette journée de mobilisation

Vaste journée de mobilisation contre le projet de loi Travail ce jeudi 31 mars.

Vaste journée de mobilisation contre le projet de loi Travail ce jeudi 31 mars. - Thomas Samson - AFP

"Ce jeudi 31 mars, le gouvernement a passé une nouvelle fois le test de la rue, avec des grèves et manifestations partout en France, à l'appel de la CGT, FO, Solidaires et des organisations de jeunesse Unef et UNL. "

La mobilisation contre le projet de réforme du droit du travail n'a pas faibli. Les concessions du gouvernement sur le projet de loi travail n'ont pas calmé la colère: salariés, étudiants et lycéens ont défilé jeudi beaucoup plus nombreux que le 9 mars dans toute la France pour réclamer le retrait d'un texte jugé trop libéral. 

Entre près de 390.000 personnes selon les autorités, 1,2 million, dont 200.000 jeunes, selon les organisateurs, ont manifesté dans 250 villes, "avec plusieurs milliers d'arrêts de travail", à l'appel de sept syndicats de salariés et d'étudiants (CGT, FO, Solidaires, FSU, Unef, FIDL, UNL). Lors de la précédente journée de mobilisation, le 9 mars, à l'appel des mêmes organisations, les autorités avaient recensé 224.000 manifestants, et les organisateurs entre 400.000 et 500.000. A Paris, la préfecture de police dénombré ce jeudi entre 26.000 et 28.000 manifestants, sensiblement le même chiffre que le 9 mars.

Des heurts ont éclaté en marge des cortèges. Dans la capitale, des jeunes cagoulés ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, de même qu'à Rennes ou Grenoble. A Nantes, certains ont affronté la police qui a fait usage de canons à eau. En tout, 77 personnes ont été interpellées, et 33 personnes blessées, dont 31 policiers.

Ce live est maintenant terminé, merci de nous avoir suivi. Retrouvez le déroulé de cette journée de grève minute par minute ici.

19h14 - "Nous sommes satisfaits", selon Martinez

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, se réjouit sur BFMTV de la mobilisation. "Nous sommes satisfaits. Le mécontentement est fort". Il a précisé que les syndicats attendent "un signe, des propositions du gouvernement. S'il ne fait rien, il y aura mobilisation dès la semaine prochaine".

17h48 - 1,2 million de manifestants en France selon FP

D'après la CGT et FO, il y a eu 1,2 million de manifestants en France contre la loi Travail ce jeudi, contre 400.000 à 500.000 estimés lors des manifestations précédentes, le 9 mars.

Les autorités, elles, ont dénombré 390.000 manifestants.

17h10 - Violences à la fin de la manifestation

Huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue après des heurts qui ont émaillé la fin de la manifestation à Toulouse. Lors de la dislocation du cortège, un groupe de 400 à 500 personnes a refusé de se disperser. Cagoulés, ces personnes s'en sont pris aux forces de l'ordre et leur ont lancé des projectiles, les obligeant à faire usage de grenades lacrymogènes, a-t-on indiqué de même source. Des poubelles ont également été incendiées, a-t-on encore ajouté de même source, précisant que des stations de métro ont dû être fermées.

La manifestation toulousaine a rassemblé 20.000 personnes selon la police et 100.000 personnes selon les organisateurs.

16h48 - Jusqu'à 28.000 manifestants à Paris

Selon la préfecture de police, il y a entre 26.000 et 28.000 manifestants à Paris.

Une vingtaine de personnes ont été interpellées. Les interpellations, dont quelques unes ont eu lieu en proche banlieue, sont essentiellement dues à "des jets de projectiles et des dégradations", a précisé la prefecture de police. Une vingtaine de fonctionnaires de police ont été légèrement blessés.

16h29 - Deux ballets annulés à l'Opéra de Paris

Les ballets Roméo et Juliette et Ratmansky/Balanchine/Robbins/Peck prévus jeudi soir à l'Opéra Bastille et au Palais Garnier sont annulés en raison du mouvement de grève contre la loi Travail.

"La direction de l'Opéra national de Paris présente ses excuses aux spectateurs et leur propose le remboursement des places", précise l'Opéra sur son compte Twitter. Les modalités de ce remboursement sont disponibles sur operadeparis.fr ou au 01.73.60.23.23. Le ballet de Rodolph Noureev, Roméo et Juliette, tiré de la pièce de William Shakespeare, est donné à l'Opéra Bastille jusqu'au 16 avril. Un ensemble de quatre chorégraphies signées Alexei Ratmansky, George Balanchine, Jerome Robbins et Justin Peck est présenté à l'Opéra Garnier jusqu'au 5 avril.

16h23 - Valls "assume ses différences" avec la CGT et FO

Le Premier ministre Manuel Valls a dit jeudi, "assumer ses différences" avec les deux centrales syndicales, notamment sur le renforcement des accords de branche et d'entreprise. Avec ce texte, "nous avons souhaité privilégier, comme d'ailleurs des organisations syndicales qui ne manifestent pas aujourd'hui, qu'on appelle réformistes, nous avons souhaité que la négociation soit d'abord dans l'entreprise et bien sûr dans les branches", a-t-il déclaré au Sénat lors de la séance des questions au gouvernement.

Le Premier ministre a affirmé que ce changement se faisait "sans inversion des normes" par rapport à la loi - un point contesté par la CGT et FO - "mais avec la volonté de rapprocher cette négociation, pour que ça soit positif pour l'entreprise comme pour les salariés, au sein de l'entreprise".

16h01 - 190.000 manifestants

En milieu d'après-midi, près de 190.000 manifestants ont été recensés dans une cinquantaine de villes, sans compter Paris, selon des chiffres officiels mais partiels recueillis par les bureaux de l'AFP.

Lors de la précédente mobilisation similaire, le 9 mars, plus de 200.000 personnes avaient défilé (450.000 selon les organisateurs).

De nouvelles journées d'action sont envisagées pour réclamer le retrait de la loi, les 5 et 9 avril.

15h13 - Des violences à Toulouse

Des heurts ont émaillé la fin de la manifestation contre la loi Travail jeudi à Toulouse, des personnes lançant des projectiles vers les forces de l'ordre, qui ont répliqué avec du gaz lacrymogène, a-t-on appris auprès de la préfecture. La manifestation, qui a rassemblé 20.000 personnes selon la police et 100.000 personnes selon ses organisateurs, s'est ébranlée dans le calme à partir de 11H00 à la gare Matabiau, puis à travers le centre-ville.

A la fin de la manifestation, vers 14H30, dans le quartier de Saint-Cyprien, "un groupe de 100 à 200 individus", dont certains cagoulés, ont "jeté des projectiles contre les forces de l'ordre", a indiqué Frédéric Rose directeur de cabinet du préfet de Haute-Garonne.

14h36 - Vidéo - Martinez: "Ce que l'on dénonce depuis le début, c'est la structure même de la loi"

14h34 - Heurts avec les forces de l'ordre à Rouen

Des heurts ont eu lieu jeudi à Rouen entre forces de l'ordre et des jeunes manifestants contre la loi travail, a constaté un journaliste de l'AFP sur place. Les échauffourées ont eu lieu devant la préfecture de Seine-Maritime et de Normandie, point final de la manifestation qui a réuni 6.000 participants selon la police.

Des jeunes, foulard devant le visage, ont jeté des projectiles et allumé des feux de poubelles. Les CRS ont répliqué à trois reprises par des tirs de gaz lacrymogènes, provoquant un mouvement de repli des manifestants vers les rues adjacentes.

13h54 - Départ de la manifestation parisienne

Plusieurs milliers de manifestants ont commencé à défiler jeudi en début d'après-midi à Paris, à l'appel de plusieurs syndicats de salariés et organisations de jeunesse, pour demander le retrait du projet de loi Travail, lors d'une grande journée de mobilisation nationale. Le cortège, avec Philippe Martinez (CGT), Jean-Claude Mailly (FO), Bernadette Groison (FSU), Eric Beynel (Solidaires) et William Martinet (Unef) à sa tête, s'est élancé sous la pluie vers 13h30 de la place d'Italie, en direction de la place de la Nation, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Aujourd'hui, il y a une très forte mobilisation. Cette journée est d'ores et déjà une réussite, il faut que le gouvernement entende et retire son projet", a déclaré Philippe Martinez. Avant le début de la manifestation, la CGT a été prise à partie par quelques jeunes, rapidement écartés par les forces de l'ordre.

13h45 - Le Foll appelle "tout le monde au calme"

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a appelé "tout le monde au calme" jeudi après les heurts ayant entaché des manifestations contre le projet de loi sur le travail. "Il y a un droit à manifester. La manifestation d'aujourd'hui, comme d'autres, sont là pour exprimer des revendications et c'est tout à fait légitime. Mais en même temps, il ne faut pas donner l'occasion à certains de casser ou d'avoir des actes des violence. Donc j'appelle tout le monde au calme, par définition, et par respect aussi des règles de la République. On ne peut pas accepter non plus des violences", a déclaré Stéphane Le Foll depuis Matignon au sortir d'une réunion des ministres et des secrétaires d'Etat.

13h07 - Vidéos des jets de projectiles sur les forces de l'ordre

12h54 - Heurts à Nantes et Rennes

Des heurts ont opposé certains manifestants aux forces de l'ordre à Nantes et Rennes, occasionnant des répliques de gaz lacrymogène, jeudi dès la mi-journée dans le cadre de la mobilisation contre la loi Travail, ont constaté les journalistes de l'AFP. La CGT estimait le cortège à 30.000 à Nantes, tandis que la préfecture l'estimait à 12.000. A Rennes, seule la CGT donnait un chiffre, celui de 10.000 manifestants.

Plusieurs dizaines de jeunes, le visage dissimulé, ont lancé divers projectiles (cailloux, bouteilles en verre ...), les forces de l'ordre répliquant avec des gaz lacrymogènes. Un hélicoptère survolait sans discontinuer le centre-ville.

12h50 - Environ 200 lycées bloqués

Quelque 176 lycées étaient bloqués en France jeudi en matinée, totalement ou partiellement, dans le cadre de la journée de manifestations contre la loi travail, selon les chiffres de l'Education nationale, une mobilisation estimée à 250 établissements par les syndicats lycéens.

La rue de Grenelle a décompté 176 lycées faisant l'objet d'un blocage, "total ou filtrant", sur les 2.500 établissements publics répartis sur le territoire. En fin de matinée, "un retour à la normale était constaté dans la plupart de ces lycées", a-t-elle précisé.

12h00 - "Il faut se préparer à un véritable bras de fer"

"Cette journée, je pense, sera réussie car elle a été préparée de longue date. Il faut qu'elle ait aussi une suite, qu'on montre notre détermination", a déclaré Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière, au micro de France Info. "C'est une évidence que le gouvernement ne reculera pas ce soir. Il faut se préparer à un véritable bras de fer, à un moment donné il faut dire stop, ça suffit".

11h20 - Près d'un quart des cheminots en grève

24,2% des cheminots sont en grève ce jeudi pour protester contre le projet de loi El Khomri, a indiqué la direction de la SNCF.

Le service "est tenu conformément aux prévisions, voire même sensiblement amélioré", précise dans son communiqué la SNCF. Le mouvement perturbait notamment les TER et Transilien (un train sur deux), moins les TGV (80% roulaient).

Lors de la précédente grève unitaire du 9 mars, 35,5% des cheminots avaient débrayé.

10h40 - Plusieurs interpellations en région parisienne

En marge des manifestations lycéennes, les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs interpellations, notamment devant le lycée Condorcet (9ème arrondissement) pour jets de projectiles, et dans le Val de Marne pour port d'armes.

A Nantes et Rennes, plusieurs dizaines de jeunes ont lancé pierres ou bouteilles en verre sur les forces de l'ordre qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes, ont rapporté des journalistes de l'AFP.

10h30 - La tour Eiffel fermée toute la journée

La tour Eiffel restera fermée au public toute la journée de jeudi en raison du mouvement social national pour le retrait de la loi Travail, a annoncé dans un communiqué la Société d'exploitation du monument parisien.

"Une partie du personnel de la Société d'exploitation de la tour Eiffel (SETE) a fait savoir qu'elle prendrait part à cette journée d'action interprofessionnelle (...) Les effectifs sur place n'étant pas suffisamment nombreux pour ouvrir le monument dans des conditions d'accueil et de sécurité suffisants pour le public, la tour sera donc fermée toute la journée", indique le communiqué.

10h15 - Les syndicats réfléchissent déjà à de nouvelles dates de manifestations

Les manifestations prévues jeudi dans toute la France ne sont "pas un baroud d'honneur", a déclaré sur Europe 1 le secrétaire général de FO. "On est rentré dans un bras de fer".

"Il y a des dates (...) dans les tuyaux. Par exemple, les étudiants envisagent le 5 avril et tout le monde - les syndicats de salariés, les étudiants, les lycéens - envisage aussi une grande mobilisation sur tout le territoire le 9 avril", a-t-il annoncé.

9h27 - Les dockers bloquent des routes au Havre et à Rouen

Des centaines de dockers et d'ouvriers portuaires bloquaient des accès du Havre et de Rouen ce jeudi en prélude aux manifestations syndicales prévues contre la loi Travail.

La CGT fait part d'une dizaine de points de blocage au Havre, deuxième port français. Le syndicat estime que 1.500 salariés du port ont pris part à ce mouvement, des centaines d'entre eux occupent notamment le pont de Normandie qui relie Honfleur au Havre.

9h23 - Myriam El Khomri veut faire la différence entre grands groupes et PME

Invitée de BFMTV et RMC, la ministre du Travail a ouvert la porte à un traitement différent pour les petites entreprises, en ce qui concerne les règles de licenciement. Le Premier ministre Manuel Valls a évoqué sur RTL une recherche en cours de la part du gouvernement pour "soutenir davantage les petites entreprises".

9h19 - La ministre du Travail juge les syndicats divisés

La CFDT menée par Laurent Berger n'a pas appelé à une mobilisation ce jeudi, contrairement à FO, à l'Unsa et à la CGT.

9h05 - Cinquante lycées bloqués en région parisienne selon le SGL

Une cinquantaine de lycées de la région parisienne étaient bloqués jeudi par des jeunes opposés au projet de loi El Khomri, tandis qu'une grosse vingtaine étaient fermés par décision administrative, selon les estimations du syndicat général des lycéens (SGL). À Paris, au moins 12 établissements étaient bloqués selon une information de BFMTV.

8h55 - Le tracé de la manifestation de Paris

Dans la capitale, le cortège partira de la place d'Italie dans le 13ème arrondissement à 13h30, pour emprunter le boulevard de l'Hôpital puis traversera la Seine au niveau du Jardin des Plantes, pour se diriger via le boulevard Diderot vers son point de chute, la place de la Nation.

-
- © -

8h41 - 600 kilomètres de bouchons en France

600 kilomètres de bouchons s'accumulent dans l'Hexagone d'après Bison Futé. La majorité des kilomètres d'embouteillages se concentrent en région parisienne, mais d'autres villes comme Lyon, Nantes et Toulouse présentent également des axes encombrés.

8h37 - La moitié des rames sur les lignes A et B du RER

-
- © -

8h25 - 400 kilomètres d'embouteillages en Ile-de-France

C'est l'heure de pointe et les principaux axes routiers continuent de s'engorger aux alentours de Paris. L'A14 entre Poissy et Paris est par exemple bloquée sur 7,4 kms et sur l'A13 entre Caen et Paris, les véhicules sont fortement ralentis sur 9,4 kms.

7h30 - 280 kilomètres de bouchons en Ile-de-France

Cette journée de mobilisation a notamment des effets sur le trafic. 280 kilomètres de bouchons sont signalés en région parisienne, soit deux fois plus qu'à l’accoutumée. >> Toutes les infos trafic

6h35 - Les aéroports également touchés

La direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies d'annuler préventivement 20% de leurs vols à l'aéroport d'Orly et un tiers à Marseille en raison d'un préavis déposé par l'Usac-CGT, deuxième syndicat chez les aiguilleurs. Air France prévoit à Orly "d'assurer l'ensemble des vols long-courriers" et 80% des vols intérieurs, ainsi que 65% de ses vols depuis ou vers Marseille. Roissy ne sera pas affecté, selon la compagnie.

6h30 - Les perturbations prévues dans les transports

Dans les transports, l'appel à la grève contre le projet de Loi Travail a été particulièrement relayé. La régie des transports parisiens prévoit un train sur deux en moyenne sur les lignes A et B du RER (y compris sur les portions gérées par la SNCF), trois métros sur quatre et un trafic bus et tramway "quasi normal". Un train sur deux en moyenne devrait circuler sur les réseaux TER et Transilien (moins sur le RER C et les lignes J, R et U).

Côté Intercités, la SNCF prévoit 4 trains sur 10 de jour, aucun de nuit. Sur le réseau TGV, les prévisions sont les suivantes: un train sur deux sur l'axe Nord, 3 sur 4 sur les axes Atlantique et Sud-Est. En revanche, les TGV Est circuleront normalement et le trafic sera quasi-normal sur les Ouigo (9 sur 10). Les trains internationaux ne sont pas touchés.