BFM Business

Les routiers mettent en garde contre les risques de pénurie de carburant

La CGT appelle à faire le plein ce week-end

La CGT appelle à faire le plein ce week-end - Frank Perry - AFP

La CGT et FO ont maintenu, mercredi, leur mouvement de mobilisation pour lundi prochain. Ils promettent "une mobilisation massive" et préviennent d'un risque de pénurie de carburant.

La mobilisation contre la réforme du code du travail risque de se durcir. Ce jeudi, la deuxième journée de manifestations nationales contre ce texte, dont les ordonnances seront présentées vendredi en Conseil des ministres, a lieu à l'initiative de la CGT.

Mais pour les Français, la grève la plus visible risque bien d'être celle de lundi. Les routiers sont appelés à débrayer, à l'initiative de la CGT Transports et FO Transports. Ces derniers étaient reçus mercredi au ministère des Transports, une réunion qui n'a pas permis de débloquer la situation.

En conséquence, les deux syndicats appellent "à une mobilisation massive" pour le 25 septembre. De nombreux sites "sensibles" vont être ciblés par les routiers, comme les péages ou les zones industrielles.

Impact sur l'économie

Surtout, les dépôts de carburant. Déjà la semaine dernière, Jérôme Vérité, le secrétaire générale de la CGT Transports avait prévenu que ceux-ci seraient "bien évidemment une cible". Sur RTL ce jeudi, il a encore fait monter d'un cran la pression.

"J'incite tout le monde à faire son plein extrêmement rapidement parce qu'il y aura des conséquences extrêmement rapides", a-t-il prévenu. "Il n'y a pas besoin de blocage physique. À partir du moment où il y a 80% de salariés de citerne qui sont en grève, le carburant ne circule plus", a-t-il souligné.

Lors de la mobilisation contre la loi El Khomri au printemps 2016, les dépôts de carburant et les raffineries avaient déjà été bloqués. Ce qui n'avait pas été sans conséquence sur la croissance. L'Insee avait ainsi estimé à 0,1 point l'impact sur le PIB sur l'ensemble de 2016. En 1995, un mouvement de grève contre les réformes des retraites avait retranché 0,2 point au quatrième trimestre.

J.M.