BFM Business

Les retraités squattent les jobs d’été

-

- - -

Les jobs d'été attirent de plus en plus de travailleurs... non étudiants. Reportage à Marseille.

Pour les étudiants, l'heure est à la recherche des jobs saisonniers pour cet été car c'est maintenant que les postes sont à pourvoir. Des postes de plus en prisés par des travailleurs qui ne sont plus étudiants. Les centres d'embauches saisonnières voient arriver sur ce marché des seniors, des quinquagénaires au chômage et en fin de droit sans offre de travail, ou des retraités en manque de ressources.

« Les seniors sont obligés de prendre des jobs complémentaires »

Anne-Laure Dévigne, responsable de l'antenne marseillaise des embauches saisonnières, explique que ces jobs ne servent plus à « faire un peu d'argent de poche », mais servent « à se loger et à payer les études ». Elle voit également arriver « un public de plus en plus âgé », des « quinquas qui viennent pour travailler car ils n'ont plus de boulot et qui se rabattent sur les jobs saisonniers pour pouvoir vivre ».

Par exemple, Philippe Baché, retraité et ancien technicien dans la pétrochimie, à Martigues (Bouches-du-Rhône), postule pour ces jobs saisonniers. Avec « 890 euros de retraite » et « plus de 500 euros de loyer », il lui est devenu « très difficile de joindre les deux bouts ». Pour lui, ces jobs d'été sont l'occasion de « mettre du beurre dans les épinards », car « dans la conjoncture il est très difficile de faire autrement ».

La rédaction et Eric Chimot