BFM Business

Les pilotes doivent-ils travailler jusqu’à 65 ans ?

-

- - -

Ce week-end, le trafic aérien va être perturbé en raison d’une grève. Un mouvement destiné à protester contre le passage de 60 à 65 ans de l’âge de départ à la retraite des pilotes.

Perturbations en vue en fin de semaine dans le transport aérien. Le syndicat de pilotes SNPL (Syndicat National des Pilotes de Lignes) d'Air France a déposé un préavis de grève à partir de vendredi et jusqu'au lundi 17 novembre inclus. Un préavis maintenu malgré les discussions en cours avec les pouvoirs publics. Les pilotes du SNPL protestent toujours contre le vote des députés permettant aux pilotes de prendre leur retraite à 65 ans au lieu de 60.

Jusqu'à present, les pilotes étaient obligés de cesser leur activité à 60 ans, selon le code de l'aviation civile. En effet, un pilote doit arrêter de voler à 60 ans, même s'il est en pleine forme et même si bon nombre de ses collègues américains ou indiens travaillent eux jusqu'à 65 ans. Il y a 10 jours, les députés ont ainsi voté un amendement permettant aux pilotes qui le souhaitent de poursuivre leur activité jusqu'à 65 ans

« Un problème d'emploi et de sécurité »

Pour les pilotes du SNPL, cette mesure est inaceptable pour plusieurs raisons : selon eux, il va y avoir moins d'embauches; Quant aux co-pilotes, ils vont devoir attendre plus longtemps pour devenir commandants de bord. Le SNPL met également en avant la sécurité, estimant qu'avant le vote de cet amendement, il aurait fallu mettre en place des procédures supplémentaires afin de vérifier qu'un pilote de plus de 60 ans est apte à voler.

En pleine crise, est-ce vraiment le moment pour une profession plutôt aisée de faire grève ? Geoffroy Bouvet, porte-parole du SNPL et commandant de bord à Air France, justifie ce mouvement : « prendre une mesure qui va détruire l'emploi des jeunes en forçant quasiment les pilotes de 60 ans à poursuivre et en empêchant les jeunes de rentrer dans le métier, n'a pas de sens dans le contexte économique actuel. Le débat devait être ouvert sur cette limite d'âge, laissons le s'ouvrir, mettons en place tous les critères d'accompagnement à la fois de sécurité des vols et d'accompagnement social, puis après ça sera beaucoup mieux. Nos députés ont pris les choses à l'envers ».

« Ils se battent juste pour l'argent »

A l'inverse, selon Jean Serrat, ancien commandant de bord et président de la PNT65 (association qui milite depuis de nombreuses années pour la possibilité de piloter jusqu'à 65 ans), ce mouvement est motivé par des raisons uniquement financières : « Vous voulez devenir commandant de bord et gagner 8000 euros par mois, il faut attendre que celui qui est plus ancien que vous vous laisse la place. Voilà pourquoi il y a un groupe d'individus qui se battent, pas pour des raisons médicales mais pour des raisons de cash dans la poche. Plus vite le vieux s'en va, plus vite je deviens commandant de bord. C'est une question sonnante et trébuchante ».

Quant aux hôtesses et stewarts, ils seront en grève pour les mêmes raisons début décembre, du 5 au 9, à l'appel de huit syndicats.

La rédaction et Stéphanie Collié