BFM Business

Les jeunes cadres sont les grands gagnants des hausses de salaire

Les cadres franciliens sont les mieux nantis : 54% ont été augmentés l'année dernière, soit 6 points de plus que les cadres des autres régions.

Les cadres franciliens sont les mieux nantis : 54% ont été augmentés l'année dernière, soit 6 points de plus que les cadres des autres régions. - Rawpixel

Les cadres ont bénéficié, en moyenne, d'une hausse de salaire de 4% ces deux dernières années, avec un salaire annuel médian de 50.000 euros. Mais ce sont les moins de 30 ans qui ont vu leur rémunération augmenter le plus vite.

Avec un marché de l'emploi en tension, les cadres sont très recherchés. Ils ont donc tous les atouts en main pour négocier leur salaire. Cette année, près d'un cadre sur deux va demander une augmentation, selon une enquête de l'Apec. 36% pensent que leur entreprise va accéder à leur demande. Et si ce n'est pas cette année, ce sera la suivante. Les cadres affichent un bel optimisme quant à l'évolution de leur salaire: 37% jugent intéressantes, voire très intéressantes, les perspectives d'évolutions de leurs rémunérations dans les 3 à 5 ans. Chez les cadres de moins de 30 ans, ils sont 67% à le penser.

Les chiffres leur donnent raison. Pour la seconde année consécutive, la rémunération des cadres a progressé : le salaire annuel médian s'élève à 50.000 euros brut, soit une hausse de 4% en deux ans. Mais ce sont les moins de 30 ans (soit 13% de la population cadre) qui ont vu leur rémunération progresser le plus vite, avec + 6% entre 2014 et 2018. Leur rémunération médiane s'établit à 39.000 euros brut annuel.

Les écarts de salaire hommes-femmes persistent

En revanche, les femmes n'ont pas bénéficié de la progression des rémunérations. Sur les trois dernières années leur rémunération médiane s'est stabilisée à 45.000 euros. Celles de hommes a progressé en passant de 50.000 à 52.000 euros en 2018. Ce sont donc eux qui ont qui ont profité des 4% de hausses constatées. L'Apec a noté que les écarts de rémunération tendent à se réduire dans l'industrie et la construction. Mais dans les services, les choses ne bougent pas. Pire encore, dans les activités liées au commerce les écarts s'accentuent : les femmes gagnent 20% de moins que leurs homologues masculins.

Les cadres franciliens sont les mieux nantis : 54% ont été augmentés l'année dernière, soit 6 points de plus que les cadres des autres régions. Voilà qui permet aux Franciliens de garder leur avantage sur les niveaux de rémunérations. Le salaire brut annuel médian est de 52.000 euros en Ile-de-France. Soit 2000 euros de plus que celui en Bourgogne Franche Comté. L'Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine sont les régions où le salaire médian est le plus bas, à 45.000 euros.

Coralie Cathelinais