BFM Business

Les augmentations de salaire pourraient atteindre 3% en 2013

Les augmentations prévues pour 2013  resteront inférieures à celles pratiquées avant la crise.

Les augmentations prévues pour 2013 resteront inférieures à celles pratiquées avant la crise. - -

Selon le cabinet Aon Hewitt, les salariés du privé devraient bénéficier en moyenne de 2,9 % d'augmentation l'an prochain. Les entreprises ont compris qu’il est essentiel de maintenir la motivation de leurs employés.

Malgré la crise, les salaires devraient continuer à augmenter. Selon une étude du cabinet en ressources humaines Aon Hewitt, les entreprises françaises prévoient pour l’an prochain d’augmenter en moyenne leurs collaborateurs de 2,9 %.

L’année 2013 s’annonce donc un peu meilleur que 2012, où la moyenne s’établit à 2,8 %. En revanche, les stigmates de la crise sont bien présents : on est loin des augmentations pratiquées avant 2008.

"Quand on est dans un contexte de croissance économique qui est bon, on est plutôt sur des taux entre 3 et 3,4 %. D’ailleurs, ce sont ceux pratiqués dans les pays qui fonctionnent bien en Europe, comme l’Allemagne", explique Vincent Cornet, chargé des activités rémunérations chez Aon Hewitt.

Les augmentations individuelles toujours privilégiées

Pour obtenir ces chiffres, le cabinet d’études a contacté les services de ressources humaines de 284 entreprises et leur a demandé quel était le budget prévisionnel des augmentations. Celles qui seront allouées collectivement et à titre individuels.

Or c’est bien ce type de gratification que les sociétés préfèrent utiliser, afin de récompenser un salarié méritant et maintenir sa motivation. Elles sont 91 % à en avoir accordées en 2012.

" On cherche ainsi à retenir les salariés. De plus, les entreprises se sont lancées dans la compétition économique, et cherchent à décrocher de nouveaux marchés, à trouver de nouveaux clients. Pour cela, il faut continuer à motiver les salariés, ce qui passe par des augmentations, même si elles sont plus sélectives ", détaille Vincent Cornet.

Diminution des inégalités entre catégories

Le cabinet Aon Hewitt met aussi en avant un traitement plus égalitaire entre les salariés. Aussi bien en termes de fonctions (employés, cadres, dirigeants) que de sexe. Un changement qui s’explique par un renforcement de la législation visant à limiter les discriminations entre les hommes et les femmes.

Les entreprises ont compris qu’il était essentiel de conserver la motivation au sein de toutes leurs équipes, y compris les moins rémunérées. Pour ces catégories, de nombreuses sociétés ont mis en place des systèmes leur permettant de bénécifier des mêmes bonus que les cadres.

BFMbusiness.com