BFM Business

Légère hausse des créations d'emplois

Les créations d'emplois ont été tirées par l'intérim.

Les créations d'emplois ont été tirées par l'intérim. - Mychèle Daniau - AFP

Au deuxième trimestre, 8.300 postes ont été créés dans le secteur marchand, selon les statistiques de l'Insee. Cela représente une hausse de 0,1%.

Petite lueur d'espoir dans la sinistrose ambiante : malgré une croissance nulle, l'économie française a recommencé timidement à créer des emplois. Au deuxième trimestre, 8.300 nouveaux postes (+0,1%) dans le secteur marchand ont été créés, selon des données définitives publiées ce mercredi 10 septembre par l'Insee.

Depuis le début de l'année, le secteur marchand est en léger recul (-11.800 postes, -0,1%), à cause d'un premier trimestre orienté à la baisse (-20.100 postes). Même constat sur un an (-12.600 postes, -0,1%).

Au deuxième trimestre, l'emploi du secteur tertiaire dans son ensemble augmente (+0,2% par rapport au trimestre précédent), tiré par l'intérim (14.000 postes créés, +2,6%). Tous les emplois en intérim sont comptabilisés dans le secteur tertiaire.

En revanche, il recule de nouveau dans l'industrie (-0,3%) et la construction (-0,6%).

Stagnation du PIB

Ces créations interviennent malgré une stagnation du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre, comme au premier.

L'exécutif a dû revoir ses prévisions à la baisse, à 0,5% cette année contre 1% initialement. Pour 2015, il ne s'attend pas à un chiffre "très supérieur" à 1%. Or pour beaucoup d'économistes, en dessous de 1,5% de croissance annuelle, le chômage ne baisse pas. Aucun organisme international ne prévoit d'embellie en 2014 sur le front de l'emploi.

On compte en France près de 16 millions d'emplois dans le secteur marchand. Chaque année, plus de 100.000 nouveaux actifs arrivent sur le marché du travail. Il faut donc plus de 100.000 créations d'emplois par an pour faire baisser le chômage.

La France en est encore bien éloignée, avec un chômage qui bat des records mois après mois: fin juillet, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité dépassait les 3,4 millions, après un neuvième mois consécutif de hausse. Plus clément, le taux de chômage mesuré par l'Insee selon les normes du Bureau international du travail (BIT) s'est stabilisé depuis le début de l'année à 9,7%, après avoir baissé de 0,2 point fin 2013.

D. L. avec AFP