BFM Business

Le salaire moyen des ouvriers a progressé plus vite que le Smic en 2019

Selon la 11ème édition du baromètre Randstad des salaires des "non-cadres", le salaire moyen des ouvriers, des professions intermédiaires et des employés atteint 1636 euros bruts en 2019, soit une hausse de 1,8% sur un an.

Bonne nouvelle du côté des salaires. Après les cadres, qui ont vu le montant de leur fiche de paie augmenter de 2,4% en 2019, ce sont les non-cadres qui peuvent se réjouir. Selon la 11ème édition du baromètre Randstad des salaires des non-cadres, leur salaire affiche toujours un beau dynamisme : +1,8% en 2019, le même score qu'en 2018. Auparavant, la croissance s'était montrée inférieure à 1%, pendant trois ans (2015, 2016 et 2017).

Cette hausse s'explique principalement par la solide croissance française (+1,7% en 2018 et +1,3% prévu en 2019) mais surtout par la pénurie de certaines compétences dans un marché de l'emploi favorable. "Le dynamisme retrouvé du marché de l’emploi se traduit, pour les chefs d’entreprise, par des difficultés croissantes à attirer les talents. Logiquement, la fiche de paie des non-cadres s’en retrouve directement impactée", commente François Béharel, président du groupe Randstad France.

Désormais, le salaire mensuel moyen des non-cadres s’établit à 1636 euros, en progression de 29 euros sur une année. Autre indication, la hausse des salaires est, comme en 2018, supérieure à celle du Smic (+1,5% en 2019). En moyenne, les non-cadres gagnent d'ailleurs 7,6% de plus qu'un salarié payé au salaire minimum.

L'industrie et le BTP en tête

Concernant les statuts, ce sont les ouvriers qualifiés qui tirent leur épingle du jeu avec une augmentation moyenne de +2,2% en 2019 (à 1663 euros) tandis que les salaires des professions intermédiaires ne progressent que de 1,3% (à 1869 euros brut) et que les employés doivent se contenter d'une hausse encore plus modeste (+1,2%, 1607 euros).

C'est d'ailleurs dans l'industrie que le dynamisme de la fiche de paie est le plus flagrant (+2%). Le BTP et les services (tous deux à +1,6%) complètent le podium des meilleurs secteurs. "La bonne orientation" de ces secteurs, "conjuguée à une bonne résistance de la croissance de notre économie, laisse augurer qu’une tendance de fond s’installe" témoigne François Béharel.

Pour rappel, la France comptait en 2018 environ 19,8 millions de salariés non-cadres, soit 73,2% de la population active salariée, selon une étude de l'Insee, publiée en mars 2019. "Les statuts des non cadres sont très diversifiés. Ainsi, cette population regroupe 5,52 millions d’ouvriers (qualifiés et non-qualifiés) mais également 7,36 millions d’employés et 6,98 millions de
professions intermédiaires", précise ainsi Randstad. 

Thomas Leroy