BFM Business

Le chômage ne devrait pas faire de trêve

La barre des 10% de chômeurs pourrait être atteinte avant la fin de l'année en France.

La barre des 10% de chômeurs pourrait être atteinte avant la fin de l'année en France. - Philippe Huguen - AFP

Les chiffres du chômage pour le mois de novembre seront publiés ce mercredi, veille de Noël. Et tout porte à croire qu’ils viendront gâcher le réveillon.

Même si l’on peut toujours espérer que la magie de Noël fasse effet, il est peu probable que les chiffres du chômage, qui seront publiés ce mercredi 24 décembre, viennent réchauffer les cœurs.

Manuel Valls a en effet annoncé la couleur, mardi, faisant part de sa crainte concernant les statistiques du mois de novembre. Tout semble donc en place pour battre un énième record après celui du mois d’octobre. Pôle emploi recensait alors 3,72 millions de chômeurs sans activité, dont 3,46 millions en métropole, après avoir connu la plus forte hausse depuis février. La situation s'était dégradée dans toutes les classes d'âge (+0,6% chez les jeunes, +0,8% chez les seniors), et le chômage de longue durée avait continué de faire tâche d'huile (+0,9% sur un mois, +9,4% sur un an).

Depuis le début de l'année en métropole, 153.600 chômeurs supplémentaires s'étaient tournés vers le service public de l'emploi, dépassant avec deux mois d'avance les 150.000 prévus par l'Unédic pour l'ensemble de l'année.

La barre des 10% atteinte avant la fin de l'année?

Dernier oiseau de mauvais augure: l'Insee. Dans ses dernières prévisions publiées jeudi, l'institut national de la statistique prévoit une poursuite de la hausse du chômage d'ici à mi-2015, malgré un redémarrage de l'activité. Son taux devrait s'établir à 10,6% de la population active, 10,2% pour la seule métropole. Dans l'Hexagone, la barre des 10% pourrait être atteinte dès le quatrième trimestre 2014, contre 9,9% au précédent.

François Hollande a lui-même concédé jeudi que la croissance ne serait pas suffisante pour que le chômage baisse, même avec 1% de croissance prévu en 2015.

Ce constat est largement partagé. Il est communément admis par les économistes que le chômage ne peut pas baisser si la croissance annuelle est inférieure à 1,5%. Conséquence: aucun organisme ne prévoit de reflux du chômage avant 2016. Le léger rebond d'activité attendu début 2015 pourrait gagner le marché de l'emploi en fin d'année ou début 2016, les effets de la croissance se faisant généralement sentir avec deux ou trois trimestres de décalage.

Le Pacte de responsabilité, un motif d'espoir

L'Insee donne tout de même quelques motifs d'espoir. Outre la croissance, le Pacte de responsabilité commence à produire ses effets: pour 2015, l'Institut national de la statistique évalue son impact à 80.000 emplois. D'abord grâce à la montée en régime du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), acte I du Pacte, qui doit entraîner "un surcroît de 10.000 emplois par trimestre". L'acte II du Pacte, composé d'exonérations de cotisations et de baisses d'impôts qui s'appliqueront à partir du 1er janvier, devrait lui aussi induire "10.000 emplois par trimestre en 2015".

Toujours dans le cadre de ce Pacte, les branches professionnelles commencent à prendre des engagements chiffrés, en termes d'embauches et d'accueil d'alternants. A ce jour, des accords ont été signés dans sept des 50 plus grandes branches.

François Hollande, quant à lui, donne rendez-vous à la fin de sa présidence, en 2017. Le président l'affirme lui-même: si le nombre de chômeurs ne baisse pas d'ici là, il n'aura pas la légitimité pour briguer un second mandat.

Y.D. avec AFP