BFM Business

La Poste recrutera "moins de 5.000" salariés en 2015

Philippe Wahl avait déjà annoncé un plan de réforme de la Poste en janvier.

Philippe Wahl avait déjà annoncé un plan de réforme de la Poste en janvier. - -

Dès l'année prochaine, le rythme des embauches va ralentir à La Poste, a annoncé son président, ce mercredi 5 février. En 2012, son prédécesseur avait décidé d'engager 5.000 personnes par an.

Cette année, la Poste recrutera bien 5.000 nouveaux employés, comme convenu. Mais son président, Philippe Wahl, a prévenu lors d'une audition devant les députés, ce mercredi 5 février, qu'en 2015, les recrutements seraient moins nombreux.

"En 2014, le développement spontané des métiers n'exigeait pas 5.000 recrutements mais j'ai décidé de respecter quand même cet engagement, même si cela va se traduire par une baisse du résultat d'exploitation", a expliqué Philippe Wahl.

La Poste emploie actuellement 240.000 personnes, contre 320.000 il y a une dizaine d'années. En 2012, après le suicide de deux cadres, un rapport avait recommandé d'augmenter le nombre d'employés. Le précédent président, Jean-Paul Bailly, s'était engagé à créer 15.000 emplois entre 2012 et 2014.

4.817 postes supprimés malgré les recrutements en 2012

Régis Blanchot, élu SUD-PTT au conseil d'administration, a rappelé que les 15.000 recrutements sur trois ans "ne compensent déjà pas" les départs au sein du groupe La Poste, et qu'en 2012, 4.817 postes ont été supprimés malgré les recrutements.

Mais le nombre de courriers envoyés est en baisse constante, et Philippe Wahl prévoit aujourd'hui de faire évoluer les services proposés. Devant les députés, il a précisé que les syndicats joueront un rôle dans son plan stratégique pour la Poste.

"Avec le Pacte social, nous offrons aux organisations syndicales une négociation sur la formation, la mobilité interne, un dialogue stratégique. Il faut qu'elles s'associent à ce travail, si nous voulons transformer tous les métiers du groupe, il va falloir former les postiers", a-t-il résumé.

J.S avec AFP