BFM Business

La crise a rendu 440.000 enfants français pauvres

440.000 nouveaux enfants français sont devenus pauvres entre 2008 et 2012, selon l'Unicef.

440.000 nouveaux enfants français sont devenus pauvres entre 2008 et 2012, selon l'Unicef. - JEAN-PIERRE MULLER - AFP

Le taux de pauvreté des enfants est passé en France de 15,6% à 18,6% entre 2008 et 2012, selon un rapport publié le 28 octobre par l'Unicef. La crise a créé 440.000 petits français pauvres supplémentaires.

Les enfants français n'ont pas été épargnés par la crise. 440.000 nouveaux petits hexagonaux sont passés sous le seuil de pauvreté entre 2008 et 2012, selon un rapport publié par l'Unicef mardi. Avec un impact douloureux sur leur bien-être.

Le centre de recherche du Fonds des Nations Unies pour l'enfance a comparé les taux de pauvreté des enfants en 2008 et en 2012 dans 41 des pays les plus aisés du monde. En quatre ans, plus de la moitié de ces Etats (23) ont vu leurs enfants devenir plus pauvre, a constaté l'institution.

Les gouvernements impuissants

En matière d'évolution de la pauvreté, la France se situe au 30ème rang sur 41, avec un taux de pauvreté en hausse de 15,6% à 18,6%. Soit "une augmentation nette d'environ 440.000 enfants pauvres".

Le rapport souligne aussi que "la capacité des gouvernements à réduire la pauvreté des enfants s'est affaiblie", en particulier en France.

Au total, quelque 76,5 millions d'enfants vivent dans la pauvreté dans les 41 pays les plus riches.

Des solutions existent

La crise est la principale responsable de cet appauvrissement qui touche les plus jeunes. Ainsi, les pays comme l'Espagne, la Grèce, l'Italie, l'lrlande, parmi les plus chahutés par le ralentissement économique mondial, ont connu la plus forte augmentation de la pauvreté des enfants sur la période. Tout comme, de manière moins évidente, l'Islande et le Luxembourg.

L'Unicef souligne également que cette hausse du taux de pauvreté s'explique par "une détérioration constante de la situation des familles, principalement du fait des pertes d'emplois" ou des coupes opérées dans les services publics.

A l'inverse, dans 18 pays, les familles et les gouvernements ont trouvé les moyens de gérer la crise et ont vu le taux de pauvreté des enfants diminuer, selon le rapport. C'est le cas du Chili, de la Finlande, de la Norvège, de la Pologne et de la République slovaque. L'Unicef y voit la preuve que des solutions existent bel et bien pour réduire cette pauvreté, à condition que les Etats les mettent en oeuvre.

N.G. avec AFP