BFM Business

La chaîne de magasins Surcouf cherche un repreneur

Les six magasins de la chaîne Surcouf cherchent un repreneur.

Les six magasins de la chaîne Surcouf cherchent un repreneur. - -

En redressement judiciaire depuis le mois de février, le groupe de distribution de produits high-tech a annoncé la mise en vente de ses six magasins.

Hugues Mulliez, propriétaire du groupe depuis 2009, a annoncé mercredi 6 juin la mise en vente de l’enseigne Surcouf. "La dégradation du chiffre d'affaires, affectant directement la trésorerie, additionnée à la non réalisation des cessions partielles, nécessite de mettre en place une procédure de cession totale de l'entreprise, validée par le tribunal de commerce ce mercredi", explique le dirigeant dans un communiqué.

Placé en redressement judiciaire depuis le 29 févier 2012, le groupe avait tenté de sortir de cette passe délicate en mettant en vente trois de ses enseignes. Les magasins de Paris, Bordeaux et Lille n’ont finalement pas trouvé d’acquéreur dans des conditions satisfaisantes.

Hugues Mulliez met en cause des délais trop courts pour mener à bien des négociations satisfaisantes et la complexité des cessions de baux pour expliquer cet échec. Il indique également que ces repreneurs ne répondaient pas à ses attentes en termes de préservations d’emplois.

En effet, le groupe Surcouf compte près de 500 emplois, dont la moitié de vendeurs, répartis dans sa chaîne de six magasins. Hugues Mulliez espère donc que la cession totale de l’entreprise simplifiera le traitement du dossier. Les repreneurs ont une fois encore un délai court pour se faire connaître puisque la date limite est fixée au 5 juillet. Le tribunal de commerce de Lille étudiera les dossiers le 26 juillet.

Un secteur durement touché par la concurrence du e-commerce

Le groupe est en perte de vitesse depuis plusieurs années, en raison d’une forte concurrence sur le secteur. En 2010 Surcouf a affiché une perte nette de 20 millions d’euros par an pour un chiffre d’affaires de 160 millions.

"J’ai toujours investi pour changer le projet et l'adapter à un nouveau concept qui permet de vendre à un prix Web et qui à ce jour n'a pas pu faire ses preuves faute d'approvisionnement", a expliqué Hugues Mulliez à l’AFP. Il continue de croire en la solidité de la marque: "Le concept Surcouf a sa place dans le paysage de la distribution de produits technologiques."

Toutefois la situation générale des distributeurs spécialistes du numérique incite à moins d’optimisme. Un autre géant, la Fnac, cherche également à se relancer. Pourtant l’enseigne a un atout de plus que Surcouf, celui d’être positionnée sur un domaine plus vaste que la seule high-tech. Même si ses efforts, comme l’ouverture de magasins en franchise ou encore l’élargissement de ses rayons à l’électroménager, n’ont pour l’instant pas suffi à la remettre sur la voie de la croissance.

Coralie Cathelinais