BFM Business

L'embauche des cadres stagne

22% des entreprises estiment que la situation économique s'est améliorée.

22% des entreprises estiment que la situation économique s'est améliorée. - Flazingo Photos - Flickr- CC

48% des entreprises envisagent de recruter au moins un cadre au troisième trimestre. Un chiffre qui n'a pas évolué par rapport à l'année dernière, selon l'Apec.

Si les entreprises veulent bien embaucher des cadres, elles restent tout de même prudentes. 48% d'entre elles envisagent de recruter au moins un cadre au troisième trimestre. Un chiffre encourageant mais qui stagne. En effet, il était le même un an plus tôt, selon le baromètre trimestriel de l'Apec (Association pour l'emploi des cadres) publié mercredi.

Les entreprises interrogées en juin sont pourtant un peu plus nombreuses (22% contre 20% à la même époque de 2014) à juger que leur situation économique s'est améliorée depuis un an, mais aussi (19% contre 17%) qu'elle s'est dégradée.

Les plus optimistes sont celles du secteur de l'informatique, qui sont 46% (+15 points) à juger que leur situation s'est améliorée depuis un an. A l'opposé, les entreprises du secteur de la construction sont 37% à faire état d'une situation économique dégradée par rapport à la même de 2014, soit 14 points de plus en un an.

Seules 51% des entreprises de plus de 100 salariés interrogées par l'Apec ont recruté au moins un cadre au deuxième trimestre, soit trois points de moins qu'un an plus tôt et un plus bas depuis le début 2010. Cette baisse est atténuée par le fait que, parmi celles qui recrutent, la proportion de celles qui embauchent dans des volumes supérieurs a augmenté de deux points en un an, à 34%. Elles sont aussi moins nombreuses (27% contre 30%) à déclarer que leur volume de recrutement de cadres est en recul.

Hausse des déclarations d'embauche pour les contrats de plus d'un mois

S'agissant du troisième trimestre, le premier motif avancé pour les recrutements envisagés est celui des départs (50% contre 46% un an plus tôt). En revanche, les projets d'embauches de cadres liés au développement de l'activité stagnent (29%, +1 point). Le secteur des activités informatiques présente toujours le plus haut niveau d'intentions de recrutement, avec plus de neuf entreprises sur dix, une proportion stable. Mais les plus fortes progressions en un an sont à mettre au crédit de l'ingénierie-R&D (+5 points à 77%), l'industrie (+4 points à 54%) et du secteur médico-social (+4 points à 48%).

Par ailleurs, les déclarations d'embauche pour des contrats de plus d'un mois, hors intérim, ont augmenté (+1,2%) au deuxième trimestre, confirmant l'embellie du trimestre précédent (+1,9%), selon des chiffres provisoires publiés par l'Acoss, organisme collecteur des cotisations de Sécurité sociale. D'avril à juin, la progression "résulte des hausses conjointes des embauches en CDD de plus d'un mois (+1,7%) et de celles en CDI (+0,5%)", détaille l'Acoss, qui a enregistré 1,75 million de déclarations, dont 750.000 en CDI (43%). "Une bonne nouvelle" dont s'est réjoui le ministre du Travail François Rebsamen sur Europe 1, mettant l'accent sur le "dynamisme des déclarations d'embauche en CDI".

D. L. avec AFP