BFM Business

Journée spéciale : vos idées contre le chômage

-

- - -

Vous avez été des milliers à vous impliquer dans notre « Journée spéciale : sortir du chômage », en nous envoyant vos idées pour lutter contre sa hausse. Merci ! Voici une sélection de vos propositions.

Au terme de notre « Journée spéciale : sortir du chômage », voici une sélection des idées que vous nous avez envoyées. Merci à tous ceux qui ont participé!

Didier, de Schleithal
Remettre la valeur travail à l’honneur ! Pour que les entreprises embauchent, il faut baisser leurs charges sur le travail, leur redonner de la compétitivité, mais aussi sur le salarié, taxer les importations ou les pays qui profitent des salaires de misère, du non-respect de l' environnement, prendre sur les actionnaires qui pillent les entreprises en difficulté pour leurs simples profits, les traders qui empochent sans compter , remettre une TVA sociale sur les produits dits de luxe. Et investir tout cet argent dans les entreprises (recherches, formations, primes de productivité, innovation…)

Abu Yassin, de Trappes
Je pense que ça se résume à :
1/ Donner envie d'investir en France
2/ Donner du pouvoir d'achat aux Français
3/ Protéger et encourager le "Made in France"

Géry, de Corenc
Quelques suggestions pour lutter contre le chômage :
- rapprocher l'offre et la demande (cela passe par l'éducation nationale et la formation) ;
- apprendre aux élèves et aux personnes à chercher un travail (CV, lettre de motivation, orthographe avec un diplôme d'orthographe qui rassurerait les employeurs) ;
- transformer Pôle Emploi pour en faire une machine de guerre à trouver des emplois pour ceux qui y sont inscrits ;
- réformer profondément et simplifier toute la paperasse des entreprises, frein certain à l'embauche dans beaucoup de PME ;
- réformer le contrat de travail pour plus de liberté tant à l'embauche qu'au licenciement avec des règles claires et quantifiables ;
- apprendre la culture du travail : il faut aller là où il y a du travail et non attendre que le travail vienne à soi ;
- tout dirigeant d'entreprise, grande ou petite, doit être sécurisé par une vision à moyen terme, impossible aujourd'hui du fait des changements incessants de règles et de politiques (fiscalité, entre autres).

Hervé, de Dijon
Mon idée c'est de fermer les frontières, de faire partir tous les étrangers qui acceptent de travailler à prix cassés, de stopper le social, remettre les 39h payées 39h, réduire les charges patronales qui étouffe les petites entreprises, taxer à 19% tout produit provenant de l’extérieur et à 5% les produits fabriqués sur le territoire.

François, de Loperhet
Il n'y a que les Français à penser que l'on va créer des emplois en travaillant moins ! Ceci est une idiotie économique ! La preuve : aucun pays ne nous a imités.
La vraie solution serait de travailler plus : par exemple, 37 h payées 36, ou 39h payées 37, pour baisser le coût du travail tout en améliorant le pouvoir d'achat. Ce qu'a fait l'Allemagne en travaillant une heure de plus par semaine... Le gain de compétitivité permettrait de créer des emplois.

David, de Istres
Augmenter les salaires tout simplement. 20% de ce don "retourne" directement dans les caisses de l'état sous forme de TVA. Cela engendre une augmentation de la consommation. Augmenter la consommation engendre des créations d'emplois.

Romain, de Montgeron
Une solution serait de remplacer la TVA par une taxe kilométrique : plus le produit vient de loin et plus il est cher. En plus d'avoir une action écologique, cette taxe kilométrique ne serait pas vue comme du protectionnisme puisque cela ne viserait pas de produits étrangers.
A Lille, les endives de Belgique seraient moins taxées que les endives venant par exemple d'Avignon. Ça favorise les produits locaux, réduit le nombre de camions, donc de productions de CO2, etc. Et surtout, ça laisse le choix aux consommateurs, chose que la TVA ne fait pas.

Berny, de Boissy-Saint-Léger
Il faudrait attirer les entreprises, au lieu de les faire fuir. Il faut revoir les traités qui invitent les entreprises à se délocaliser. Il faut arrêter de faire venir en France des personnes à qui la France ne pourra pas offrir un travail. Il faut réindustrialiser notre pays. Il faut que l'enseignement public forme des jeunes qui ne peuvent pas suivre le cursus normal aux métiers manuels au lieu de les laisser quitter l'école sans rien. Il faut que l'Etat n'écoute pas les entreprises du CAC40 qui demandent de faire venir de plus en plus d'immigrés pour baisser les salaires alors qu'en France il y a beaucoup de chômeurs. Il faut que l'Etat mette le paquet pour que la France redevienne compétitive.

Fatima, de Marseille
Aider nos entreprises françaises, au lieu de les tuer avec des taxes. Arrêter l'immigration massive, qui fait rentrer des chômeurs en masse. Protéger nos frontières et non pas monter des murs, comme l'explique certaines caricatures. Occupez-vous de nous, Français de toutes origines !

Marie, de Clermont-Ferrand
Pourquoi ne pas mettre en place un vrai système de contrôle du travail au noir pour commencer ? Dans le domaine que je connais, nous avions des employés non déclarés et même ceux déclarés faisaient des semaines de 6 jours, le nombre d'heures de repos n'était pas respecté, une partie des heures sup’ non payées, donc forcément pas déclarées. Les services de contrôle étaient prévenus, sont venus et n'ont rien vu... Je connaissais le droit du travail, mais comme d'autres, je n’ai rien dit, pour ne pas perdre mon job. Il est certain que non seulement beaucoup de personnes auraient un contrat si le travail au noir n'était pas aussi présent. De plus, les cotisations rapporteraient de l'argent à l'Etat. Et il y aurait moins d'abus si des "gendarmes du travail" étaient sur le terrain. Les employés et les chômeurs y gagneraient.

Jean-Claude, de Amou
La première chose à faire : INTERDIRE TOUS LICENCIEMENTS BOURSIERS !

Thierry, de Villeneuve-Tolosane
1. Relancer l'économie en taxant très fort les importations, cela aura le mérite de gonfler nos carnets de commandes ;
2. Baisser les charges qui écrasent les entreprises, et les dissuadent d'embaucher (je suis bien placé pour le savoir, je suis chef d'entreprise;
3. Arrêter la culture de la fainéantise, baisser de façon très significative les indemnités chômage dans leur durée, et faire la chasse aux profiteurs de notre système (Sécu : à quand une carte biométrique empêchant plusieurs personnes d'utiliser une seule carte contribuant au passage à creuser notre déficit !). De même, il y a trop d'arrêts de maladie (cf : fonction publique...).
4. Donner aux Français une image positive de notre société, et là, le gouvernement doit considérablement diminuer son coût de fonctionnement. Il doit fonctionner comme une entreprise, et arrêter de dilapider le budget en faisant n'importe quoi.

Eddy, de Marseille
Je pense que le chômage doit être combattu à sa base. "Les freins" de la vie de tous les jours sont une montagne contre la motivation et le gain d'énergie. Que faire contre cela ? L'accompagnement personnel individuel ou en groupe.

Estelle, de Paris
Eviter que les gens fassent des heures pas possibles au lieu d'embaucher ; on voit des gens âgés continuer de bosser et prendre la place de jeunes qui ne trouvent pas. Faire qu’un type qui bosse au Smic gagne toujours plus qu'un type au chômage. Je pense aussi qu'il faut que nos jeunes soient dirigés dès le départ dans des voies qui recrutent, ça aide à trouver du boulot.

Giorgio
Une petite dose de protectionnisme pour les achats des Mairies, des Régions, des Préfectures qui vont voir dans les pays à bas coûts pour leurs équipements...

Véra, de Digne-les-Bains
Faire des contrôles, baisser les charges, réformer la législation du travail !

Thomas, de Versailles
Mettre fin au tout libre-échange, notamment en protégeant nos marchés. L'Europe est le dindon de la farce de la mondialisation. Relocaliser nos productions et mettre en place une véritable réciprocité dans les échanges extérieurs. Ensuite, on pourrait revoir la fiscalité des entreprises en laissant plus respirer les PME et en rééquilibrant l'écart entre imposition du travail et imposition du capital.

Stéphane, de Montreuil
1-Baisser les charges qui pèsent sur les artisans et les PME. Ce sont eux qui créent de l'emploi et non les multinationales qui, sous couvert de réorganisation, diminuent le nombre d'employés ;
2-Rendre plus simple la création d'entreprises ;
3-Diminuer le nombre de fonctionnaires et utiliser ces "économies" pour alléger les charges des artisans et PME.

Thomas, de Besançon
Il est temps pour l'Etat de cesser d'intervenir à tout va et de laisser les entreprises agir afin de permettre qu'une logique de croissance vienne soutenir l'emploi. Tout autre artifice ne fait que retarder l'échéance. Cela fait bien longtemps que le chômage est devenu l'épouvantail des politiques.

Pour voir toutes les propositions ou apporter la vôtre, cliquez ci-dessous !

La Rédaction