BFM Business

Goodyear: Montebourg maintient que Titan a fait une offre de reprise

L'usine Goodyear d'Amiens-Nord fait désormais l'objet d'une offre de reprise partielle, qui pourrait sauver plus de 300 emplois.

L'usine Goodyear d'Amiens-Nord fait désormais l'objet d'une offre de reprise partielle, qui pourrait sauver plus de 300 emplois. - -

Le PDG de Titan a refusé de confirmer avoir déposé une offre de reprise partielle de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord. Arnaud Montebourg a pourtant réaffirmé, ce 22 octobre, que le fabricant américain de pneus était bien en lice.

Arnaud Montebourg persiste et signe. Ce mardi 22 octobre, le ministre du Redressement productif maintient dans une interview au Parisien/Aujourd'hui en France avoir reçu une offre du groupe américain Titan pour la reprise partielle de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord.

Lundi 21 octobre, le PDG de Titan refusait pourtant de confirmer. "Je ne suis au courant de rien en relation avec votre pays de vins formidables et de belles femmes" avait-il déclaré à l'AFP.

Auparavant, le ministre du Redressement productif avait annoncé à l'AFP que le fabricant américain de pneus Titan International aurait fait une offre de reprise partielle pour le site de Goodyear à Amiens-Nord, qui concernerait 333 salariés.

Cette proposition concerne l'activité de pneus agricoles, avec un maintien des emplois "garanti pendant quatre ans". En outre, le PDG de Titan International, Maurice Taylor, a prévu d'investir "une centaine de millions de dollars, dont 40 millions minimum sur le site", a précisé le ministre.

"Si c'était vrai ce serait une très bonne nouvelle pour la Picardie. Qui vivra verra", a commenté Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, sur RMC ce même mardi.

Montebourg n'a "pas apprécié" la lettre de Maurice Taylor

Titan avait déjà fait une offre de reprise partielle pour le site de Goodyear, promis à la fermeture, avant de jeter l'éponge il y a un an. Dans une lettre acerbe adressée à Arnaud Montebourg, Maurice Taylor avait alors raillé l'attitude du gouvernement français et des salariés du site, ce qui lui avait valu les foudres des syndicats et d'une partie de la classe politique française.

"Je lui ai dit que sa lettre avait été extrêmement préjudiciable pour la France et que je n'avais pas apprécié qu'il ait dit du mal de travailleurs qui ne cherchent qu'à travailler", a rappelé lundi le ministre du Redressement productif. Pour autant, il a jugé solide la nouvelle proposition de Maurice Taylor.

"C'est une manière de maintenir un outil industriel sur le site d'Amiens Nord et de le redéployer avec des investissements nouveaux", a fait valoir le ministre.

Le site, qui emploie environ 1.200 personnes, est condamné à la fermeture depuis janvier. Le projet de Titan International prévoit de reprendre une partie de l'activité une fois mis en oeuvre le plan social présenté par la direction de Goodyear, qui fait l'objet de multiples procédures.

Y. D. avec AFP