BFM Business

Fagor-Brandt: le gouvernement veut sauver le maximum d'emplois

Fagor dispose de 13 usines dans le monde. Ici, celle d'Arrasate-Mondragon, au pays basque espagnol.

Fagor dispose de 13 usines dans le monde. Ici, celle d'Arrasate-Mondragon, au pays basque espagnol. - -

Arnaud Montebourg a assuré, ce mercredi 6 novembre, que le gouvernement cherchera à préserver le maximum d'emplois chez Fagor-Brandt, la filiale française du groupe Fagor. Une entreprise qui est au bord du dépôt de bilan.

Le gouvernement se veut rassurant sur le dossier Fagor-brandt. Ce mercredi 6 novembre, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a assuré que l'exécutif français veut "sauver le maximum de sites et préserver le plus possible d'emplois".

Dans ce but les gouvernements français et espagnol veulent unir leurs efforts "pour organiser une reprise des activités", a déclaré Arnaud Montebourg à l'issue du conseil des ministres.

Une lourde dette

Le ministre s'exprimait alors qu'un comité central d'entreprise se déroulait au même moment chez Fagor-Brandt, filiale française de Fagor.

Cette société française est menacée depuis que la maison-mère de Fagor, la coopérative Mondragon, a renoncé, il y a une semaine à sauver le groupe qui croule sous une dette de 850 millions d'euros.

La filiale polonaise de Fagor a été la première à déposer le bilan, le même sort semble attendre Fagor-Brandt. L'ensemble du groupe Fagor emploie 5.700 personnes dans le monde et environ 2.000 dans l'Hexagone sur quatre sites.

J.M. avec Reuters