BFM Business

Chômage: la baisse de juillet n'aura pas duré

Le nombre de demandeurs d'emplois a progressé de 0,6% au mois d'août. Avec 20.000 chômeurs de plus, la France bat un nouveau record.

La baisse aura été de courte durée. Pour la première fois depuis janvier, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité avait très légèrement reculé en juillet en métropole (- 0,1%). Las. Au mois d'août, Pôle Emploi a recensé 20.000 chômeurs de plus, soit une hausse de 0,6%. Au total, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit ainsi à 3.571.600 personnes, un nouveau record historique. 

"On ne va pas se mentir: les chiffres ne sont pas satisfaisants", a reconnu d'emblée Myriam El Khomri, nouvelle ministre du Travail. "La parole politique, les gens y croient de moins en moins. Moi, qui ai pris mes fonctions il y a trois semaines, j'y crois". "Je suis mobilisée, déterminée. Mon objectif, c'est qu'il y ait moins de chômeurs en France et donc que cette courbe soit inversée", a-t-elle déclaré, sans se fixer d'échéance. "Mon ministère ne sera pas celui des pronostics", a prévenu la ministre. "Pour ma part, je me concentre sur le travail de terrain, pour que les résultats soient bien meilleurs."

Toujours du mieux pour les jeunes

Aucune département n'échappe à la tendance. Entre fin août 2014 et fin août 2015, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A a augmenté dans les vingt-deux régions de France métropolitaine. Le Nord Pas-de-Calais s'en sort le moins mal avec une hausse qui se limite à 2,8%. La Corse et Rhône-Alpes paie le plu sourd tribut à cette nouvelle montée du chômage avec une hausse de 6% en douze mois.

Dans, les départements d’Outre-Mer, la progression est plus modeste (+1,4%), mais le taux de chômage y est, depuis longtemps, nettement plus élevé que dans la métropole (entre 20 et 28% selon les départements).

Les seuls à tirer un peu moins mal leur épingle du jeu sont les jeunes. Le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans a diminué le mois dernier de 0,1% alors que pour les plus de 50 ans, la situation est de plus en plus critique. Ils sont 1,4% de plus par rapport à juillet.

D. L.