BFM Business

Chômage: "ce que nous avons fait jusqu'ici ne suffit pas" affirme François Hollande

François Hollande s'était engagé à l'inversion de la courbe du chômage en 2013.

François Hollande s'était engagé à l'inversion de la courbe du chômage en 2013. - -

C'est ce 27 janvier à 18 heures que seront connus les chiffres définitifs des demandeurs d'emploi pour 2013. L'inversion de la courbe du chômage ne devrait pas être atteinte formellement. Mais l'objectif du chef de l'Etat est désormais la création d'emplois grâce à son pacte de responsabilité.

Ce lundi 27 janvier à 18 heures, François Hollande pourra dire si oui ou non il a tenu son engagement "d'inverser la courbe du chômage" à la fin de l'année 2013, avec les chiffres de décembre qui seront rendus publics ce soir.

"Ce que nous avons fait jusqu'ici ne suffit pas", a averti le chef de l'Etat" lors d'une conférence de presse à Istanbul cette après-midi. Ajoutant: "la seule conclusion (des chiffres de ce soir ndlr), c'est que plus que jamais, le pacte de responsabilité est un devoir qui appelle la mobilisation des acteurs".

Dimanche 26 janvier, Michel Sapin, le ministre du Travail a affirmé qu'on "s'oriente vers une stabilisation". Façon de dire que le nombre de demandeurs d'emploi ne progresse plus sans toutefois baisser.

Le mois dernier, François Hollande, lui-même, avait estimé que "l'inversion de la courbe du chômage, sur laquelle je me suis engagé, est bien amorcée (..) Les chiffres du chômage pour le mois de novembre (+17.800 ndlr) viennent atténuer ceux du mois d'octobre (-20.500), mais ils ne modifient pas la tendance", ajoutant que "la diminution durable du chômage était désormais à notre portée".

En effet, expliquait alors François Hollande, "l'évolution des demandeurs d'emplois sans aucune activité est passée de +30.000 par mois au premier trimestre 2013, à +18.000 par mois au deuxième, puis à +5.500 par mois au troisième trimestre". "Et sur les deux derniers mois, c'est une baisse moyenne de 1.350 du nombre des inscrits qui est enregistrée", ajoutait-il.

L'offre plutôt que les emplois aidés

En fait, au delà des querelles de chiffres et des polémiques qui ne vont pas manquer d'intervenir ce soir, le débat sur "l'inversion de la courbe du chômage" paraît dépassé, comme d'un autre temps.

Depuis l'annonce de son pacte de responsabilité, le 31 décembre lors de ses voeux, François Hollande est passé à autre chose: la relance par l'offre avec une baisse des charges des entreprises afin qu'elles investissent et créent des emplois. Des "vrais", pas des contrats aidés. Hier, Michel Sapin affirmait ainsi que "l'économie doit prendre le relais" des politiques de l'emploi mises en place depuis 2012. Hier toujours, sur BFMTV, Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, tenait le même discours.

L'ojectif présidentiel ayant changé de nature, l'engagement sur l'inversion de la courbe du chômage n'est plus qu'un souvenir. D'ailleurs, tous les ministres relaient désormais le même argument: c'est au Medef de tenir son engagement d'un million d'emplois crées. Arnaud Montebourg va même jusqu'à deux millions.

Patrick Coquidé (texte) et Alexis Cuvillier (vidéo)