BFM Business

Après 5 suicides, les infirmiers en grève pour dénoncer leurs conditions de travail

-

- - BFMTV

Après le suicide de cinq infirmiers cet été, la profession tire la sonnette d'alarme sur la souffrance des soignants à l'hôpital. Ils se mobilisent ce mercredi et dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail.

La coordination nationale infirmière appelle ce mercredi à la mobilisation pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail à l'hôpital. Grève, minute de silence ou port de brassard noir: la profession est invitée à manifester son malaise après la série de suicides d'infirmiers pendant l'été.

Cinq suicides depuis le mois de juin

Depuis juin, cinq d'entre eux se sont donné la mort à Toulouse en Haute-Garonne, au Havre en Seine-Maritime, à Saint-Calais dans la Sarthe et à Reims dans la Marne. Seul le suicide à Toulouse a été pour le moment reconnu comme un accident du travail. Les autres font l'objet d'enquêtes.

"On espère que beaucoup de soignants partout en France vont se mobiliser pour qu'on pense à ceux qui ont perdu la vie", indique pour BFMTV Éric Audouy, vice-président de la Coordination nationale infirmière, qui arbore un brassard noir, "un signe symbolique".

Les personnels paramédicaux appelés à se mobiliser

Le syndicat juge insatisfaisantes les réponses données par Marisol Touraine après ces drames. Critiquée pour son absence de réaction, la ministre des Affaires sociales et de la santé avait assuré dans un entretien au site professionnel Espaceinfirmier.fr, rapporte Le Monde, qu'elle annoncerait à l'automne une série de nouvelles mesures. Les hôpitaux publics comptent au total quelque 330.000 infirmiers et infirmières. 

"Nous, on est là pour donner du soin et on arrive à l'aberration d'avoir des collègues qui en perdent la vie parce qu'on n'arrive plus, on n'a pas les moyens de faire ce pour quoi on a été formé", regrette pour BFMTV Nathalie Depoire, présidente de la même organisation, qui appelle aussi les personnels paramédicaux à se joindre à leurs actions.

"On a besoin de temps infirmier"

C'est avant tout le manque d'effectifs que dénoncent les professionnels. "On n'arrive plus à travailler dans des conditions qui sont convenables, avec du temps pour faire des actes, pas d'interruption", explique pour BFMTV Céline Durosay, une infirmière. "Nous, ce dont on a besoin, ce ne sont pas des instruments, c'est du temps infirmier. Parce que l'on passe beaucoup de temps avec les patients. Ce sont des entretiens, des accompagnements", ajoute Nathalie Depoire.

Besoin de temps pour les patients mais aussi pour les soignants eux-mêmes afin que leurs congés soient respectés. Les infirmières assurent qu'elles sont souvent rappelées pendant leur repos faute de personnel suffisant.

"On a l'impression de ne jamais être entendu par nos encadrements ou par la direction quand on dit qu'il n'y a pas assez de personnel. Nous, on ne veut plus revenir tout le temps, ce n'est pas possible, ça contribue aussi au mal-être de tous les soignants", dénonce pour BFMTV Cécile Bourry, une autre infirmière.

Leur plus grande crainte: que la dégradation de leurs conditions de travail finisse par peser sur les patients eux-mêmes.

C.H.A.