BFM Business

Aller travailler demande toujours plus de temps aux Français

Les Français mettent en moyenne 50 minutes pour effectuer l’aller-retour au travail, selon une étude du ministère du Travail publiée lundi. Une durée qui s’est allongée de 10 minutes en l’espace de 12 ans.

Parfois stressant, souvent pénible, le trajet des Français pour aller travailler est en tout cas de plus en plus long. Ces derniers mettent désormais -en moyenne- 50 minutes pour aller au travail et en revenir, soit 10 minutes de plus qu’il y a douze ans, selon une étude du ministère du Travail publiée lundi.

Entre 1998 et 2010, la proportion de salariés mettant plus d'une heure et demie pour faire l'aller-retour domicile/travail est montée à 16% (+4), tandis que ceux mettant entre une heure et une heure et demie sont désormais près d'un sur cinq (19%,+3), précise cette étude de la Dares, le service statistiques du ministère du Travail.

Ce temps moyen cache d'importantes disparités géographiques: les habitants de la région parisienne ont un temps de déplacement deux fois plus important que ceux des petits pôles urbains (68 minutes contre 35 minutes). Les femmes ont des temps de déplacement légèrement moins longs (46 minutes) que les hommes (52 minutes), mais un quart d'entre elles (24%) effectuent habituellement un détour sur leur trajet "pour déposer un enfant, aller le chercher, faire des courses", contre 13% des hommes.

Les Français prennent moins les transports en commun

Les allers-retours dans la journée sont logiquement d'autant moins nombreux que le temps de trajet est long. Si 29% des actifs font, outre leur aller-retour quotidien, un ou plusieurs trajets supplémentaires, surtout pour la pause déjeuner, seul un sur dix est concerné quand le temps de trajet est d'une heure et demie ou plus. 

74% des personnes se rendent à leur travail en voiture, 11% par les transports en commun, 7% à pied, 4% en moto, mobylette ou scooter, et 3% à vélo.

Entre 1998 et 2010, le recours aux transports en commun a baissé (de 15% à 11%), de même que celui à la marche à pied (de 17% à 7%). Enfin, la fatigue liée aux déplacements, évoquée par seulement 15% des actifs, "apparaît directement liée" à leur durée, note l'étude, et c'est donc en région parisienne que les personnes se déclarent le plus souvent fatiguées par les trajets.

Y.D. avec AFP