BFM Business

Valls dénonce les "provocations" de certains patrons

Devant les députés, Manuel Valls s'en est pris mardi à certains responsables patronaux.

Devant les députés, Manuel Valls s'en est pris mardi à certains responsables patronaux. - François Guillot - AFP

Le Premier ministre a fustigé, mardi 2 décembre, l’attitude "de certains "dirigeants du patronat" qui, selon lui, ne sont "pas à la hauteur de leurs responsabilités". Une réponse aux dernières sorties polémiques de Pierre Gattaz, le patron du Medef.

Les rapports continuent de se tendre entre le gouvernement et le patronat. Alors qu'Emmanuel Macron a considéré mardi le pacte de responsabilité comme un "échec" dû à l'attitude du Medef, Manuel Valls s'en est également pris aux responsables patronaux, quelques heures plus tard, devant l'Assemblée nationale.

"Quand la Nation, à travers le Parlement, consent et va consentir un effort de 40 milliards d'euros pour les entreprises, pour la compétitivité, pour baisser la fiscalité et pour baisser les charges, chacun doit être à la hauteur de ses responsabilités", a estimé le Premier ministre lors des questions au gouvernement.

"Je le dis notamment aux dirigeants du patronat, un certain nombre de propositions, de provocations, de propos aujourd'hui ne sont pas à la hauteur de cette responsabilité", a-t-il lancé, répondant à une question du député UMP David Douillet.

"Les Français, depuis des années, font des efforts et ils attendent que chacun s'engage pour l'emploi et pour la compétitivité, c'est ce que nous attendons", selon Manuel Valls.

Pierre Gattaz dans le collimateur

Comme la veille en déplacement à Nantes, le chef du gouvernement a dit ne pas vouloir "confondre (...) les entrepreneurs de ce pays, les chefs d'entreprises qui se battent, les salariés (...) avec un certain nombre d'organisations patronales".

S'en prenant à l'ex-majorité UMP, il a lancé: "Quand on a laissé le pays dans cet état ( ...) quand on n'a pas fait de la compétitivité, des efforts, on est un peu plus modeste et on soutient un gouvernement qui, lui, s'engage pour la croissance, la compétitivité et l'emploi".

Pierre Gattaz, le patron du Medef, pourrait se sentir directement visé, alors qu'il a multiplié les sorties polémiques ces dernières semaines: suppression de l'ISF, Smic jeunes, seuils sociaux, entre autres. En outre, le syndicat patronal devrait proposer lundi un projet d'accord sur le Contrat de sécurisation professionnelle (CSP), qui prévoit une baisse des indemnités en cas de licenciement économique.

Le Medef organise également mercredi une mobilisation contre la politique économique du gouvernement, après les manifestations de la CGPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) lundi, à Paris et à Toulouse.

Laurence Parisot s'exprime 

Ancienne présidente du Medef pendant 7 ans, de 2005 à 2013, Laurent Parisot était l'invitée de BFMTV ce mardi soir. Pour la prédécesseur de Pierre Gattaz, "il faut que tout le monde se remette autour de la table, que le pacte de responsabilité réussisse". 

Y.D. avec AFP