BFM Business

Valls: "dans 10 ans, la France doit être l'un des 10 pays où l'on vit le mieux"

Manuel Valls est à Matignon depuis 100 jours ce mardi 8 juillet

Manuel Valls est à Matignon depuis 100 jours ce mardi 8 juillet - -

Alors qu'il fête ce 8 juillet ses 100 jours de présence à Matignon, Manuel Valls a réussi à redresser la barre: malgré la grogne d'une partie du PS, les députés ont voté la baisse des charges des entreprises. Et à l'occasion de son discours de clôture de la conférence sociale, il a vanté le réformisme de l'exécutif.

Bonne fête Manuel Valls. Pour ses 100 jours à Matignon, le Premier ministre peut être satisfait de sa journée. Il devrait d'ailleurs le montrer ce soir au 20 heures de TF1 dont il est l'invité.

Malgré la grogne d'une partie du PS, les députés ont voté dans l'après-midi le projet de loi de finances rectificative de la sécurité sociale par 272 voix contre 234. Même si 54 élus, essentiellement "des socialistes frondeurs" et des écologistes se sont abstenus. Ainsi, les baisses de charges, en particulier des entreprises, si décriées à gauche, ont bien été avalisées par la majorité.

De même que certaines mesures d'économies comme le gel des prestations sociales, afin de payer les premières. Ainsi, les 50 milliards d'euros d'économies contenues dans le pacte de responsabilité sont désormais sur les rails.

Valls, le réformiste

Second temps fort de la journée de Valls: son discours de clôture de la 3eme conférence sociale. Un discours très attendu. C'est en partie à cause des récentes décisions du Premier ministre jugées trop favorables au patronat (compte pénibilité, temps partiel...) que la CGT, FO et la FSU ont boycotté les ateliers de cette seconde journée de conférence.

Le Premier ministre a donc voulu répondre à ses détracteurs en s'adressant par dessus leur tête aux Français. Il s'est de nouveau présenté en social-démocrate réformiste qui veut allier recherche de la compétitivité de l'économie française, indispensable à la croissance et à l'emploi, et recherche du pouvoir d'achat. C'est ainsi qu'il a réaffirmé des baisses d'impôts dans le budget 2015.

Il a terminé en rappelant un objectif : "que la France soit dans 10 ans l'un des 10 pays où l'on vit le mieux au monde". Presque un objectif de présidentiable...

Patrick Coquidé