BFM Business

Valérie Trierweiler se paye la loi Macron

Valérie Trierweiler, lors d'une séance de dédicaces de son livre "Merci pour ce moment".

Valérie Trierweiler, lors d'une séance de dédicaces de son livre "Merci pour ce moment". - Leon Neal - AFP

L’ex-première dame s’est fendue d’un tweet critiquant l’ouverture des magasins le dimanche, à deux jours du vote de l’Assemblée nationale sur le sujet.

Valérie Trierweiler a encore frappé. L’auteure de "Merci pour ce moment", qui a bouclé l’année 2014 en tête du classement des meilleures ventes de livres, a cette fois exprimé en moins de 140 signes tout le mal qu’elle pensait de la loi Macron.

Sur Twitter, l’ex-première dame s’est ainsi fendue d’un message larmoyant : "Ma mère travaillait le dimanche, elle n'avait pas le choix. Que ces dimanches étaient tristes. Nous attendions son retour pour vivre".

Le sens du timing

Une manière de critiquer l’une des dispositions du projet de loi pour la croissance et l’activité, qui autorisera bientôt l'ouverture des commerces jusqu’à 12 dimanches par an. Le tout avec un sens du timing bien particulier, puisque l’Assemblée nationale devra se prononcer sur le texte mardi prochain. Valérie Trierweiler se range ainsi aux côtés des frondeurs du PS, ayant fait du travail dominical un véritable cheval de bataille et menaçant de ne pas voter la loi Macron.

Pour rappel, l’ancienne compagne de François Hollande avait déjà fait parler d’elle sur Twitter en 2012. En plein entre-deux tours des élections législatives, elle avait en effet utilisé le réseau social pour afficher son soutien à Olivier Falorni, dissident PS, qui affrontait une certaine…Ségolène Royal.

Y.D.