BFM Business

Une lampe connectée : la dernière innovation de Dyson

-

- - Dyson

Le groupe britannique lance sur le marché une lampe connectée qui s’adapte à son environnement et à son utilisateur. Une diversification de plus pour Dyson.

Dyson se lance dans les luminaires connectés. La Lightcycle, c'est son nom, est le résultat de plus de deux ans de recherche et développement. Près de 900 prototypes, passés entre les mains de plus de 90 ingénieurs, ont été nécessaires pour arriver à cette version.

« La lumière est vitale à notre bien-être. La qualité de la lumière est un facteur essentiel à notre quotidien. Il est pour cela nécessaire de reproduire les caractéristiques propres à celles du jour. Nous avons de ce fait conçu une technologie capable de la protéger sur le long terme » explique Jake Dyson, le fils du fondateur, qui en a fait un projet personnel. Dyson fait ainsi sa première incursion dans l'éclairage haut de gamme.

Une lampe tout-en-un : de multiples innovations

La lampe est dotée d'un algorithme qui permet d'adapter la luminosité en fonction de l'heure de la journée. Elle émet de la lumière plutôt blanche en mode étude, plutôt jaune en mode détente. « Cela a un vrai impact sur notre santé et sur notre moral », a assuré Jake Dyson lors d'une présentation à Paris. Le flux lumineux est adapté en fonction de l’âge saisi dans l’application Dyson Link et il est directionnel. L'autre innovation, c'est un faible scintillement optique et une protection contre l'éblouissement qui va fournir à l'utilisateur un vrai confort et moins de fatigue visuelle.

Il est possible de programmer la lampe. En mode dynamique, elle permet des éclats de luminosité de 20 minutes. En mode réveil, l’utilisateur peut régler la lumière afin qu’elle s’allume à l’heure où il souhaite se réveiller. La luminosité gagne progressivement en intensité pour un environnement plus naturel. En mode Absence, la lampe s’allume et s’éteint à des heures définies pour simuler une présence humaine, ce qui lui permet de faire office de lampe de sécurité. De l'éclairage haut de gamme qui a un coût. Comptez 500 euros pour la lampe de bureau, 750 euros pour la version lampadaire. Mais Dyson promet une durée de vie estimée à 60 ans. 

Des aspirateurs sans sac à la voiture électrique

James Dyson n'a qu'un seul mot d'ordre : « lutter contre la frustration ». « Nos appareils ne sont nullement téléguidés par les études marketing, mais par une frustration d'utilisateur ». Et c'est ainsi, qu'on passe des aspirateurs sans sac aux sèche-cheveux ou aux purificateurs d'air et bientôt à la voiture électrique. Elle mobilise depuis 4 ans, 400 ingénieurs. Son usine d'assemblage sera implantée à Singapour, là où Dyson va déménager son siège social. Et c'est la force de Dyson qui va chercher l'innovation là où elle est, en faisant oublier son côté fabricant d'électroménager pour se réinventer en "société technologique internationale".