BFM Business

Un Français sur cinq était en situation de pauvreté en 2019

Selon une étude de l'Insee, une personne sur cinq était en situation de pauvreté monétaire ou de privation matérielle et sociale en 2019.

Plus de 13 millions de Français concernés par la pauvreté. Selon une étude de l'Insee, une personne sur cinq (21% de la population) était en situation de pauvreté monétaire ou de privation matérielle et sociale en France métropolitaine en 2019, avant la crise sanitaire.

Pour mener son étude, l'Insee s'est appuyée sur deux indicateurs différents. Le premier, la pauvreté monétaire, considère que l'on est pauvre si l'on dispose d'un niveau de vie inférieur à 60% du niveau de vie médian en France – soit un revenu de moins de 1063 euros par mois. Cela concerne 13,6% de la population métropolitaine.

Reste que la pauvreté ne peut pas résumer à une somme absolue. Les auteurs de l'étude ont aussi eu recours à l'indicateur européen de "privation matérielle et sociale" qui mesure les conséquences de la faiblesse des revenus. Concrètement: fréquence élevée de découverts bancaires, incapacité à remplacer des meubles abîmés, ne pas manger de la viande tous les deux jours, logement trop humide… Si l'on cumule un certain nombre de difficultés, on est considéré comme pauvre en conditions de vie: 13,1 % de la population est pauvre selon ce critère.

Chômeurs et familles monoparentales

Ainsi, 21% de la population est pauvre au sens de l'une ou l'autre de ces deux catégories – soit un Français sur cinq. "Ces deux approches de la pauvreté se complètent et ne se recouvrent que partiellement: 42 % des personnes à risque de pauvreté monétaire sont touchées par la privation matérielle et sociale et 44 % de celles en situation de privation matérielle et sociale sont à risque de pauvreté monétaire", précise l'étude.

Qui sont les plus touchés ? Selon l'Insee, les chômeurs sont en première ligne: 68,4 % des personnes vivant dans un ménage dont la personne de référence est au chômage sont en situation de privation matérielle et sociale ou à risque de pauvreté monétaire. Les locataires, les familles monoparentales, les familles de trois enfants et les enfants de moins de 16 ans sont aussi particulièrement touchés.

Jérémy Bruno Journaliste BFMTV