BFM Business

Tafta: pour Hollande, aucun accord ne sera trouvé d'ici la fin 2016

"Les discussions en ce moment-même sur le traité entre l'Europe et les États-Unis ne pourront pas aboutir à un accord d'ici la fin de l'année", a déclaré le chef de l'État dans son discours diplomatique de rentrée devant les ambassadeurs français.

"Les discussions en ce moment-même sur le traité entre l'Europe et les États-Unis ne pourront pas aboutir à un accord d'ici la fin de l'année", a déclaré le chef de l'État dans son discours diplomatique de rentrée devant les ambassadeurs français. - présidence de la République

François Hollande a affirmé que la France ne voulait pas "cultiver l'illusion" d'un accord sur le traité transatlantique (TTIP ou Tafta) entre l'Europe et les États-Unis "avant la fin de l'année" et "la fin du mandat" de Barack Obama.

Pour le président de la République française, il n'y a pas lieu de cultiver l'illusion d'un accord prochain sur le traité transatlantique de libre échange (Tafta ou TTIP). "Les discussions en ce moment-même sur le traité entre l'Europe et les États-Unis ne pourront pas aboutir à un accord d'ici la fin de l'année", a déclaré le chef de l'État dans son discours diplomatique de rentrée devant les ambassadeurs français.

"La France préfère regarder les choses en face et ne pas cultiver l'illusion qui serait celle de conclure un accord avant la fin du mandat du président des États-Unis", a-t-il ajouté. Et le chef de l'État de préciser sa pensée: "La négociation s'est enlisée, les positions n'ont pas été respectées, le déséquilibre est évident, alors le mieux c'est que nous en fassions lucidement le constat et plutôt que de prolonger une discussion qui sur ces bases ne peut pas aboutir, mieux vaut faire en sorte que nous puissions avertir les uns et les autres que la France ne pourra pas approuver un accord qui aura été ainsi été préparé sans les bases indispensables pour une conclusion positive".

La France va demander l'arrêt des négociations

Un peu plus tôt, son secrétaire d'État au Commerce extérieur, Matthias Fekl, avait indiqué que le gouvernement français allait demander en septembre 2016 à la Commission européenne d'arrêter les négociations sur ce projet de traité de libre échange entre Européens et Américains. "Il n'y a plus de soutien politique de la France à ces négociations" et "la France demande l'arrêt de ces négociations", avait tranché Matthias Fekl.

Les eurodéputés socialistes et radicaux se sont par ailleurs réjouis que la France demande l'arrêt des négociations du TAFTA/TTIP. Selon eux, "si nous avons obtenu la transparence des négociations, la protection des services audiovisuels et de la culture et pesé sur la réforme de l’arbitrage privé – le fameux ISDS –, force est de constater que l’état des tractations entre l’Europe et les États-Unis était profondément inéquitable au profit des Américains".

Négocié dans le plus grand secret depuis mi-2013 par le gouvernement américain et la Commission européenne, l'accord TTIP (Transatlantic Trade Investment Partnership, également connu sous un autre acronyme anglais, Tafta), vise à supprimer les barrières commerciales et réglementaires de part et d'autre de l'Atlantique pour créer une vaste zone de libre-échange censée doper l'activité économique.

BFMBusiness avec AFP