BFM Business

Standard and Poor's prive les Pays-Bas de leur triple A

S&P avant déjà dégradé la France le 8 novembre, faisant passer sa note de AA+ à AA.

S&P avant déjà dégradé la France le 8 novembre, faisant passer sa note de AA+ à AA. - -

L'agence de notation a annoncé, ce vendredi 29 novembre, qu'elle dégradait d' un cran la note de crédit du pays, de AAA à AA+. Elle pointe les perspectives de croissance atone de la Hollande.

Standard and Poor's a décidément la main lourde. Moins d'un mois après avoir dégradé la France, l'agence de notation a, ce vendredi 29 novembre, privé les Pays-Bas de leur triple A. Dans son communiqué, elle justifie sa décision par les faibles perspectives de croissance que le pays connaît.

"Les perspectives de croissance des Pays-Bas sont désormais plus faibles que ce que nous anticipions auparavant, et la tendance du taux de croissance du PIB réel par habitant est inférieure à celle de ses pairs bénéficiant des mêmes niveaux élevés de développement économique", explique-t-elle.

Elle ajoute que ces perspectives économiques dégradées vont "compliquer la tâche du gouvernement pour atteindre ses objectifs budgétaire. Selon les prévisions de la Commission européenne, les Pays-Bas devraient voir leur PIB reculer de 1% en 2013, puis connaître une faible croissance l'année prochaine, de 0,2%.

Pas d'inquiétude

Mais la décision de S&P n'alarme pas outre-mesure Jeroen Dijsselbloem, le ministre néerlandais des Finances et également président de l'Eurogroupe: "c'est bien sûr décevant que cette notation soit revue à la baisse, mais je n'attends pas d'effet substantiel sur les taux d'emprunt".

"On voit que le marché a déjà anticipé et les Pays-Bas restent un des pays les plus solvables du monde. Les deux autres agences de notation, Fitch et Moody's, ont encore récemment confirmé le triple A des Pays-Bas", a-t-il ajouté.

Un club de plus en plus fermé

La Hollande quitte un club devenu très fermé: celui des pays ayant leur triple A confirmé par les trois principales agences dans le monde: Moody's, S&P et Fitch. On n'en recense plus que 10 ayant ce Graal, dont trois en zone euro: le Luxembourg, la Finlande et l'Allemagne.

De fait, le nombre ultra-limité de pays avec le triple A a modifié les paramètres. Plusieurs gérants estiment ainsi que la référence, sur le marché, a baissé d'un cran, à AA+.

De plus, cette dégradation pose une nouvelle fois la question de la pertinence des décisions des agences de notation. Après la dégradation de la France, Arnaud Montebourg s'était montré très critique, mais il n'est pas le seul. "Les agences de notations n'ont plus autant de pouvoir qu'auparavant, elles ne sont plus jugées aussi crédibles. Leurs décisions sont critiquées et critiquables", expliquait ainsi à BFMbusiness.com Cyril Regnat, stratégiste obligataire chez Natixis, le 8 novembre dernier.

S&P a, par ailleurs, relevé la perspective de la note de crédit de l'Espagne, qui passe de négative à stable, en raison de la reprise économique progressive que le pays est en train de connâitre.

Julien Marion