BFM Business

Votre niveau de vie est-il supérieur à celui d'un Français moyen?

La moitié des ménages français disposait en 2016 de moins de 20.520 euros par an pour vivre, selon les dernières données rendues publiques par l'Insee. Et durant la dernière année complète du mandat de François Hollande, ce sont les Français les moins aisés qui ont vu leurs revenus le plus progresser.

1710 euros. Voilà quel était en 2016 le niveau de vie médian mensuel par personne selon l'Insee. Autrement dit si vous gagnez plus que 20.520 euros par an, vous faites partie des 50% de Français les plus aisés et si vous gagnez moins, des 50% les moins aisés. Pour un couple élevant deux enfants de moins de quatorze ans, ce montant correspond à un revenu disponible de 43.090 euros par an, soit 3591 euros par mois, précise l'Insee dans le rapport annuel qu'elle publie ce mardi.

Cette hausse de 0,9% du niveau de vie médian a permis a la France d'effacer les conséquences de la crise de 2008. Les Français ont retrouvé pour la première fois leur niveau de vie d'avant la crise des subprimes. La fin d'une longue traversée du désert pour leur pouvoir d'achat. 

Les ménages les plus modestes favorisés

Et contrairement à une idée reçue, ce sont les ménages les plus modestes qui ont connu en 2016 la plus forte hausse de niveau de vie. L'augmentation a en effet été de +1,4 et +1,5% pour les trois premiers déciles, soit les 30% de Français les plus modestes. Des ménages qui ont bénéficié en 2016 de la mise en place de la prime d'activité en remplacement du RSA activité et de la prime pour l'emploi. Les ménages de niveau de vie intermédiaire, soit ceux autours de 20.520 euros par an par personne, ont aussi connu une progression grâce aux baisses d'impôts liées à l'augmentation des plafonds.

Autre idée reçue battue en brèche: ce ne sont pas les hauts revenus qui ont le plus progressé, du moins en 2016. En moyenne, les 20% des ménages les plus aisés ont vu leur niveau de vie stagner en 2016. Ils ont payé davantage d'impôts car leurs revenus ont augmenté l'année précédente. Et ils ont en outre touché moins d'allocations familiales avec l'instauration mi-2015 de la modulation sous condition de ressources.

Et les seuls perdants de l'année 2016 sont... les 5% de Français qui ont le plus haut niveau de vie. "Leur niveau de vie diminue en raison de la baisse
notable des revenus du patrimoine, en particulier ceux générés par les assurances-vie du fait de la baisse des taux obligataires", explique l'Insee dans son étude. 

Des inégalités en léger recul

C'est donc logiquement que les inégalités de niveau de vie ont reculé en 2016 dans l'Hexagone. L'indice de Gini qui mesure le degré d'inégalité au sein d'une population donnée a reculé en 2016 à 0,288 point. Autrement dit la France était un peu moins inégalitaire en 2016 qu'en 2015. Les 20% de Français au plus haut niveau de vie disposent de 4,27 fois plus que les 20% les plus pauvres. Un écart en légère baisse sur un an.

Le taux de pauvreté lui a légèrement reculé dans l'Hexagone. 14% (-0,2 point) des Français étaient en 2016 en dessous du seuil de pauvreté, soit 8,8 millions de personnes. Ce seuil qui correspond à 60% du revenu médian est de 1026 euros par Français et par mois. Pour rappel, le minimum vieillesse (801 euros par mois) et le RSA (535 euros) sont au dessous de ce seuil. En France, la pauvreté touche essentiellement les chômeurs puisque 38,3% d'entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté. A contrario, les actifs pauvres sont très peu nombreux puisque moins de 8% des actifs bénéficiant d'un emploi sont considérés comme pauvres en France.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco