BFM Eco

Prime exceptionnelle: l'hôpital de Montluçon va se mettre en grève, l'Ardèche obtient gain de cause

Jacinda Ardern

Jacinda Ardern - Marty MELVILLE / AFP

Les personnels du centre hospitalier de Montluçon ne toucheront pas la prime exceptionnelle de 1500 euros mais de 500 euros. Le syndicat FO a déposé un préavis de grève.

Une grève reconductible va débuter mercredi 3 juin à l'hôpital de Montluçon. Le syndicat FO a déposé le préavis pour exiger le versement de la prime exceptionnelle de 1500 euros. En effet, les personnels de ce centre hospitalier ne toucheront que 500 euros. Le préavis concerne six services, à savoir les urgences, le laboratoire, la réanimation, la rééducation le service médicalisé d'accueil et le transport de patients.

Catherine Dutheil, représentante du syndicat, explique à La Montagne: "Notre établissement a été sur le pont durant la crise. On a reçu huit patients d'autres régions et je trouve injuste que nous touchions 1000 euros de moins alors que les soignants ont pris les mêmes risques que ceux qui vont toucher 1500 euros."

Dérogation

Le syndicat de l’hôpital de Montluçon n’est pas le seul à se mettre en colère. En effet, les personnels de l’hôpital de Périgueux ne devaient toucher que 500 euros également, attirant ainsi les foudres des représentants du personnel. Pareil pour huit hôpitaux de Normandie ou pour l’hôpital de Moulin.

Mais la situation pourrait s’arranger grâce à l’article 8 du décret du 14 mai: "Par dérogation aux dispositions de l'article 4, le chef d'établissement peut relever le montant de la prime exceptionnelle à mille cinq cents euros pour les services ou agents impliqués dans la prise en charge de patients contaminés par le virus Covid-19 ou mobilisés par les circonstances exceptionnelles d'exercice, induites par la gestion sanitaire de la pandémie dans les établissements situés dans les départements du second groupe, figurant en annexe II du présent décret. La liste des services et du nombre d'agents concernés par l'application de ce régime dérogatoire est transmise par chaque établissement à l'agence régionale de santé dont il relève."

Montluçon est une commune de l’Allier, département qui figure dans l’annexe II. Le chef de l’hôpital de Montluçon pourra donc décider, au cas par cas, de relever le montant de la prime.

L'Ardèche dans l'annexe II

Les personnels soignants des hôpitaux ardéchois vont pourvoir bénéficier de la prime Covid, ont annoncé des élus de ce département, qui n'avait pas été retenu dans un premier temps pour le versement de cette prime. "Ça y est, c’est gagné, suite à nos interventions musclées à l’Assemblée nationale et au Sénat, le centre hospitalier de l’Ardèche méridionale à Aubenas va être intégré à l'annexe 2 du décret prime Covid-19", ont indiqué dans un tweet Fabrice Brun député LR de l’Ardèche, Mathieu Darnaud et Jacques Genest, sénateurs (LR).

"Je me réjouis de voir que le message adressé à Olivier Véran ait été entendu", a souligné dans un communiqué le président du conseil départemental de l'Ardèche Laurent Ughetto. Selon lui, les centres hospitaliers d’Annonay et d'Aubenas "vont pouvoir bénéficier de la prime pour les soignants" et "la liste des Ehpad ardéchois bénéficiant de la prime devrait aussi être élargie".

"Je reste toutefois vigilant et j’attends de voir les modalités précises afin d’être sûr que celles et ceux qui ont été mobilisé.es pendant cette crise aient la reconnaissance qu’ils méritent", a-t-il ajouté.

Diane Lacaze