BFM Eco

Les dépenses de santé ont très peu augmenté en France l'an passé

-

- - AFP

Une hausse de 1,3% historiquement faible en France qui reste le 3ème pays au monde pour les dépenses de santé.

Les dépenses de soins ont augmenté de 1,3% en 2017, une progression "historiquement basse" d'après le rapport annuel sur les comptes de la santé publié lundi, qui relève aussi une nouvelle baisse de la part restant à la charge des patients.

La consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) a dépassé 199,3 milliards d'euros l'an dernier, selon la Drees. Cette somme, qui inclut les hôpitaux, les médecins libéraux, les médicaments et les transports de malades, a augmenté "nettement" moins vite qu'en 2016 (+2%) "en raison du fort ralentissement des soins hospitaliers", explique le service statistique des ministères sociaux.

La France seulement dépassée par les Etats-Unis et la Suisse

La part financée directement par les ménages, en "baisse régulière depuis 2008", a encore reculé (-0,1 point à 7,5%), de même que celle des assureurs et mutuelles (-0,2 point à 13,2%), tandis que la Sécurité sociale atteignait "son plus haut point depuis plus de quinze ans" (+0,3 point à 77,8%).

En ajoutant les soins de longue durée pour les personnes âgées et les personnes handicapées, ainsi que les indemnités journalières, la prévention et la recherche, la dépense courante de santé (DCS) s'est élevée à 271,1 milliards d'euros l'an dernier, en hausse de 2,2%.

Avec 11,8% de son PIB consacré à la santé, la France figure sur le podium des pays de l'OCDE les plus dépensiers en la matière, derrière les Etats-Unis et la Suisse. L'Hexagone affiche toutefois le reste à charge total "le plus limité" des pays riches: 10% contre 16% en moyenne et jusqu'à 30% en Suisse.