BFM Eco

Des députés et élus locaux pour la création d'un "chèque tourisme"

Le dispositif doit permettre  "une relance ciblée" du secteur du tourisme par la consommation.

Le dispositif doit permettre "une relance ciblée" du secteur du tourisme par la consommation. - Ludovic Marin - AFP

Il s'agirait d'un moyen de paiement, sous forme d’un chèque ou dématérialisé, qui pourrait servir à payer des repas, des nuitées ou encore le transport. Il pourrait être abondé par l'Etat, les collectivités locales volontaires et éventuellement aussi les comités d'entreprise et serait réservé aux plus Français les plus modestes.

Une douzaine de députés, de présidents de région et de département proposent la création d'un "chèque tourisme" pour accompagner la reprise du secteur touristique, de l'hôtellerie et de la restauration, dans un courrier au Premier ministre diffusé lundi.

"Deux millions d'emplois directs et indirects sont menacés" dans le secteur du tourisme, "210.000 cafés et restaurants et 20.000 hôtels sont en sursis", en raison de la pandémie du coronavirus, écrivent-ils.

Les signataires proposent de soutenir le secteur "via un titre spécial de paiement dédié (type titres-restaurant, chèques culture, chèques vacances, chèques cadeaux, CESU, CAP, etc.) abondé par l'Etat, les collectivités locales volontaires et éventuellement aussi les comités d'entreprise".

Réservé aux Français en dessous du revenu médian

"Ce moyen de paiement, sous forme d’un chèque ou dématérialisé, serait une aide à l'assiette, à la nuitée et au transport, qui pourrait être réservée aux 50% de Français en-dessous du revenu médian, c'est-à-dire un peu au-delà des 40% de Français habituellement non-partant en vacances", expliquent-ils.

Le dispositif garantirait, selon eux, "une relance ciblée" du secteur "par la consommation, y compris en visant des territoires spécifiques, et en leur accordant une durée de vie limitée à six mois", pour inciter à une reprise rapide.

Ils demandent à Edouard Philippe de réunir les auteurs de la proposition, les services compétents de l'Etat et les acteurs du tourisme pour "qu’un dispositif puisse être opérationnel au moment où les professionnels de l’hôtellerie auront l’autorisation de reprendre leurs activités".

Le courrier est notamment signé par deux présidents de région (Nouvelle Aquitaine, Occitanie), cinq présidents de département (Ardèche, Aude, Landes, Gers, Meurthe et Moselle) et une demi-douzaine de députés.

C.C. avec AFP