BFM Business

"Si on veut de la performance économique, il faut de la performance sociale"

Laurent Berger était l'invité de BFMTV-RMC

Laurent Berger était l'invité de BFMTV-RMC - BFMTV

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, était l'invité de BFMTV-RMC. Pour lui, la nomination de Muriel Pénicaud en tant que ministre du Travail, pourrait être une bonne chose pour les salariés.

"C'est une femme que j'apprécie. Elle croit profondément au dialogue social. C'est une nomination qui a du sens". Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT et invité de BFMTV-RMC se réjouit de la nomination de Muriel Pénicaud au poste de ministre du Travail.

Cette dernière a, en effet, rédigé en 2010 avec Henri Lachmann, PDG de Schneider à l'époque et Christian Larose de la CFDT, un rapport sur le bien-être au travail. "C'est bien que la ministre du Travail s'intéresse aussi au travail et pas qu'à l'emploi", affirme Laurent Berger. "Les entreprises doivent avancer plus sur la question de la qualité de vie au travail", explique le secrétaire général de la CFDT. Et il ajoute: "Il n'y a pas de réforme du travail si on ne remet pas le travail au centre".

"Une articulation intelligente"

Pour Laurent Berger, plusieurs points sont indispensables. Tout d'abord, "il faut qu'on aille vers une forme de co-détermination à la française. Il faut plus de poids pour que les salariés puissent s'exprimer dans l'entreprise, aient des espaces de parole par le biais de leurs représentants mais aussi en propre".

Ensuite, pour Laurent Berger, "ce qui se joue c'est une articulation intelligente entre un code du travail - un socle de droits important – des négociations de branches et de la liberté de négociations dans les entreprises". Et sur ce dernier point, il précise: "À la seule condition que le fait syndical soit reconnu plus fortement qu'aujourd'hui".

D. L.