BFM Business

S&P pense que les banques françaises peuvent mieux faire

S&P estime que les normes européennes favorisent les banques françaises.

S&P estime que les normes européennes favorisent les banques françaises. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L'agence de notation estime que BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et BPCE sont moins bien protégés que leurs voisins face aux crises à venir, dans une note publiée ce jeudi 3 avril.

En cas de crise, les banques françaises seraient moins préparées que leurs voisines européennes. L'agence Standard & Poor's estime, en tout cas, que la France se situe "dans le deuxième tiers" d'un classement européen, selon Thierry Grunspan, directeur des services financiers de S&P, lors de la publication de ces résultats, jeudi 3 avril.

Pourtant, les quatre grandes banques françaises, BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et BPCE, suivent les règles imposées par Bale III. Leur ratio capital social est de 10,5% en moyenne, alors que la norme internationale est de 8,5% à fin 2018.

Thierry Grunspan reconnaît donc que "lorsque l'on regarde les ratios, les banques françaises se positionnent plutôt bien, en ligne voire légèrement au-dessus de la moyenne européenne". Mais selon S&P, il faudrait s'en tenir à d'autres critères, pour prendre en compte les spécificités nationales.

Les banques françaises en perspective négative

Dans ce cas-là, "le tableau est un peu moins flatteur. Les banques françaises affichent un ratio RAC [capital ajusté au risque, l'index de S&P, NDLR] légèrement inférieur à 7%, seuil important pour nous en matière de notation, alors que les banques européennes sont plutôt autour de 8%", explique Thierry Grunspan.

Mais le spécialiste précise que les banques françaises devraient dépasser ce seuil de 7% avant juin 2015.

L'agence de notation avait prévenu fin mars qu'elle allait réévaluer les systèmes bancaires des Etats européens. Les notes des banques françaises ont déjà été assorti d'une perspective négative, à l'exception de Crédit Mutuel et de Crédit Logement.

J.S avec Reuters