BFM Business

Roux de Bézieux: "des propositions de l'extrême droite comme de l'extrême gauche sont anti-économiques"

Geoffroy Roux de Bézieux était l'invité de BFM Business.

Geoffroy Roux de Bézieux était l'invité de BFM Business. - BFM Business

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef et invité de BFM Business ce 16 décembre, est revenu sur la charge de Pierre Gattaz contre le programme économique du FN, et sur le plan d'urgence du gouvernement contre le chômage.

Geoffroy Roux de Bézieux veut faire taire une polémique. Juste avant les élections régionales, le président du Medef Pierre Gattaz, avait déclaré que les propositions du FN sur les retraites, le Smic ou sur le retour au franc sont "l'inverse de ce qu'il faut faire pour relancer la croissance économique du pays". Certains avaient dénoncé cette charge contre le Front National.

Le vice-président du Medef explique sur BFM Business ce 16 décembre qu'"on a pris position sur les programmes économiques des partis, ce qu'on a toujours fait. Là, avec la montée du Front National, les propos ont eu un retentissement plus important que d'habitude". Et il ajoute que le programme économique du FN n'est pas le seul à poser problème. " Un certain nombre de propositions de l'extrême droite comme de l'extrême gauche sont anti-économiques et sont très dangereuses pour l'économie du pays".

Par ailleurs, Geoffroy Roux de Bézieux a rappelé "l'état d'urgence" autour des chiffres du chômage. "Il est au plus haut depuis 18 ans". D'après le vice-président du Medef, "il faut qu'on se mobilise pour prendre les mesures simples qu'on n'a jamais prises comme la baisse des charges ou la sécurisation des CDI. On ne les a jamais essayés sérieusement en France".

Mesures de très court terme

Le Medef a réalisé l'"ébauche" d'un plan d'urgence, qui a déjà été envoyé la semaine dernière au cabinet du Premier ministre Manuel Valls et doit être transmis au cours de la semaine aux ministres, aux partenaires sociaux et à l'ensemble des partis politique. Dans un premier temps, l'organisation patronale propose des mesures de très court terme, comme l'exonération totale de charges pendant deux ans pour toute nouvelle embauche de salarié ou d'alternant, la sécurisation du CDI, ou encore l'assouplissement du recours aux CDD.

Le Medef propose par ailleurs de faire voter cinq mesures en 2016, visant à continuer à alléger les charge. Il réclame une nouvelle baisse des impôts de production et le relèvement du taux de TVA pour financer ces réductions de charges. Il souhaite aussi réhabiliter l'apprentissage, réformer le code du travail et l'assurance chômage, et inciter le maintien dans l'emploi des seniors via un "allègement progressif des charges sociales". Enfin, à plus long terme, le Medef appelle à des "réformes structurelles", comprenant notamment la baisse des dépenses publiques, une "véritable réforme fiscale", "la simplification" de l'environnement législatif et réglementaire, ou encore une meilleure collaboration entre écoles et entreprises pour remettre l'apprentissage au coeur du dispositif.