BFM Business

Retraites, fiscalité, travail... les grandes annonces de Macron

-

- - LUDOVIC MARIN / AFP

Ce jeudi, le président de la République a énoncé les mesures qu'il souhaitait mettre en place, après la conclusion du grand débat.

Après une première tentative avortée, en raison de l’incendie de Notre-Dame, Emmanuel Macron a finalement rendu ses arbitrages. Devant une forêt de journalistes, le président de la République n’a pas dévié des annonces qui avaient fuité la semaine dernière. Retraites, fiscalité, travail… les questions économiques ont été au cœur de cette conférence de presse. Voici ce qu’il faut en retenir.

« Les réformes ne doivent pas être arrêtées »

« Les transformations en cours et les transformations indispensables à faire dans notre pays ne doivent pas être arrêtées, parce qu'elles répondent profondément à l'aspiration de nos concitoyens » a assuré le président de la République. « Elles n'ont pas été suffisamment rapides à l'endroit de certains, pas suffisamment radicales, pas suffisamment humaines mais je pense très profondément que les orientations prises durant ces deux premières années, à bien des égards, ont été justes. »

Moins d’impôts sur le revenu

Emmanuel Macron souhaite baisser « significativement » l'impôt sur le revenu. « Je ne veux pas de hausses d'impôts et je veux des baisses pour ceux qui travaillent en réduisant significativement l'impôt sur le revenu », a-t-il expliqué, évoquant une baisse supplémentaire de 5 milliards d'euros. Comment y arriver ? En supprimant « certaines niches fiscales » a-t-il expliqué mais aussi en « réduisant notre dépense publique. »

L'âge légal de départ à la retraite sera maintenu

Dernier axe pour assurer la baisse d'impôts : « la nécessité de travailler davantage. Je veux un vrai débat sur cette question. » Les 35 heures « sont renvoyées au dialogue social » a-t-il expliqué. L'heure légal ne changera donc pas. Le chef d'Etat n'est pas non plus favorable à la suppression d'un jour férié. « Il y a donc la question du travail tout au long de la vie. On doit travailler plus longtemps car on vit plus longtemps. »

Faut-il reculer l'âge légal de départ à la retraite ? « Je ne crois pas » a-t-il assuré, rappelant que son maintien était une promesse de campagne. » Il a en revanche vanté le système de décote, esquissé dans la réforme des retraites. Il a par ailleurs indiqué que le minimum contributif de la retraite sera fixé à 1000 euros.

Les niches fiscales pour les ménages sont maintenues

Le président de la République a évoqué la suppression de certaines niches fiscales « pour les entreprises ». En revanche, les niches fiscales pour les ménages ne seront pas touchées. 

Clair recul sur le nombre de suppressions de fonctionnaires

Emmanuel Macron annonce une « profonde réorganisation de notre administration » en renforçant le nombre de fonctionnaires sur le terrain, tout en supprimant des postes de l’administration centrale. Il a par ailleurs annoncé la création d’un lieu unique, baptisé France Service, dans chaque canton pour répondre aux questions des citoyens. « Si l’objectif de réduire le nombre de fonctionnaires de 120 000 sur le quinquennat n’est pas tenable, il sera abandonné. J’assume totalement » a-t-il affirmé. C'est la première fois qu'il revient sur cette promesse. 

La fin des grands corps de la fonction publique

« Il faut supprimer l’ENA » a indiqué le président qui dit souhaiter la fin des grands corps de la fonction publique. « Nous avons besoin de filières d'excellence, nous n'avons plus besoin de protection à vie ». L’avocat Frédéric Thiriez sera missionné pour réfléchir à la réforme.

La lutte contre l’évasion fiscale confiée à la Cour des comptes

Le chef d’Etat va demander à la Cour des Comptes « d’évaluer précisément les sommes qui échappent à l'impôt et de proposer des mesures précises. »

L’ISF, « pas un cadeau pour les plus fortunés »

Concernant l’ISF, le président de la République a confirmé sa suppression, rappelant qu’une évaluation de son remplaçant (l’IFI) était engagée pour 2020. « C'est une réforme pour produire, pas un cadeau pour les plus fortunés » a-t-il martelé.

La réindexation des retraites sur l’inflation

Comme annoncé dans la presse, les retraites de moins de 2000 euros par mois seront de nouveau indexées sur l’inflation dès 2020. La mesure sera ensuite généralisée à toutes les retraites en 2021.

Le retour de la prime de fin d’année

La prime de 1000 euros, annoncée en fin d’année dernière sera reconduite l'année prochaine. Elle sera toujours exonérée de toutes charges sociales et d’impôt sur le revenu et versée aux salariés touchant jusqu’à 3.600 euros par mois.

24 élèves dans les classes et maintien des hôpitaux

Le nombre d'élèves sera limité à 24 dans les classes de grande section, CP et CE1 dès la rentrée prochaine, a indiqué Emmanuel Macron. Par ailleurs, aucune école ni aucun hôpital ne sera fermé d'ici 2022.

Transformations des institutions

Le chef de l'Etat a exclu la reconnaissance du vote blanc mais a confirmé une dose de proportionnelle pour les législatives. Il évoque une dose de 20%