BFM Business

Règles budgétaires: l'Europe rappelle la France à l'ordre

La France pourrait obtenir un délai budgétaire.

La France pourrait obtenir un délai budgétaire. - Jacques Demarthon - AFP

Pour Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, il ne doit pas y avoir de différences de traitements entre les grands et les petits pays.

La France ne doit pas faire exception dans la zone euro. Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, a tapé du poing sur la table. Il estime que la France doit respecter les règles budgétaires de l'Union européenne afin de ne pas saper la crédibilité du système encadrant les dépenses des pays membres.

"Je ne pense pas qu'il doive y avoir une différence de traitement entre grands et petits pays (...) Il est essentiel pour la crédibilité de l'ensemble du cadre budgétaire que la France s'engage à le respecter (...)", a-t-il déclaré devant le Parlement européen.

"La Commission a donné à la France (...) plus de temps pour examiner les chiffres mais aussi pour prendre davantage de mesures et pour faire davantage de propositions. La Commission les examinera d'abord puis nous fera un rapport au début du mois de mars."

Délai jusqu'en 2018?

D'après les Echos, la France pourrait bénéficier d'un nouveau délai. La Commission européenne étudierait une "piste" qui viserait à accorder trois années supplémentaires à Paris. La France aurait ainsi jusqu'en 2018 pour ramener son déficit sous les 3% du PIB et rentrer ainsi dans les clous prévus par les traités européens.

Si cette piste venait à se réaliser, elle donnerait même un certain lest au gouvernement français, qui a prévu d'atteindre ce chiffre en 2017.

Toujours selon les Echos, Bruxelles aurait compris que 2017, année de l'élection présidentielle française, serait peu propice aux sacrifices. Ce pourquoi l'exécutif européen préférerait miser sur "un objectif crédible" et donner ainsi à la France jusqu'en 2018 pour tenir ses promesses. Néanmoins, au sein de la Commission européenne, tous ne seraient d'accord pour accorder ce délai.

D. L. avec Reuters