BFM Business

Référendum grec: le "oui" donné gagnant d'une courte tête

Les Grecs se montrent très indécis, à deux jours du référendum.

Les Grecs se montrent très indécis, à deux jours du référendum. - Caroline Gardin - AFP

Pour la première fois depuis l'annonce de la tenue d'un référendum, une étude d'opinion complète accorde au "oui" une légère avance sur le "non". Mais l'issue reste très indécise.

Les partisans du oui sont-ils en train de remporter la bataille de l'opinion? Un nouveau sondage sur l'issue du référendum de dimanche en Grèce, par lequel les électeurs sont appelés à dire s'ils acceptent ou rejettent les propositions des créanciers internationaux, conclut en effet à un avantage pour le "oui", d'une courte tête, avec 44,8%, tandis que le "non" recueillerait 43,4%.

Toutefois, ce sondage, réalisé par l'institut Alco et publié vendredi par le journal Ethnos, fait état de 11,8% d'indécis. Il montre aussi que 74% des Grecs souhaitent le maintien de leur pays dans la zone euro contre 15% qui réclament le rétablissement d'une "monnaie nationale" et 11% qui ne se prononcent pas.

Le "non" perd du terrain

Ce sondage marque un revirement car jusqu'à présent, la seule enquête d'opinion complète à avoir été publiée depuis l'annonce du référendum donnait le "non" en tête, mais déjà en net recul après l'annonce de la fermeture des banques pour toute la semaine. Cette enquête-là donnait 54% pour le "non" et 33% pour le "oui".

Le dernier sondage en date a été publié vendredi matin alors que le Fonds monétaire international (FMI) venait d'estimer que la Grèce aurait encore besoin de 50 milliards d'euros d'aides au cours des trois prochaines années. Cette évaluation souligne l'ampleur des problèmes auxquels sera confronté Athènes, quel que soit le résultat du référendum dimanche soir.

Y.D. avec Reuters